Colombie: « Le Malin a voulu diviser ce peuple, pour détruire l’œuvre de Dieu »

Bilan du voyage, en français, pendant l’audience

Audience générale du 13/09/2017, capture CTV

Audience générale du 13/09/2017, capture CTV

« Le Malin a voulu diviser ce peuple, pour détruire l’œuvre de Dieu », mais  « l’amour du Christ, son infinie miséricorde est plus forte que le péché et la mort », explique le pape François qui a proposé, comme c’est la tradition, lors de l’audience générale qui suit un voyage, un bilan de ses cinq jours en Colombie (6-10 septembre 2017), ce mercredi 13 septembre, place Saint-Pierre.

Le pape, qui porte sur son visage – la fatigue et l’oeil noir – les traces de son voyage, rappelle, dans sa catéchèse en français, le thème de son voyage: « Frères et sœurs, de tout cœur, je remercie le Seigneur pour mon Voyage apostolique en Colombie. « Faisons le premier pas », en a été la devise, en référence au processus de réconciliation que la Colombie vit après un demi-siècle de conflit interne. J’ai voulu bénir l’effort de ce peuple et recevoir son témoignage qui est une richesse pour mon ministère et pour toute l’Eglise. »

Le pape opère un discernement spirituel sur l’histoire de cette Nation: « Il est évident que le Malin a voulu diviser ce peuple, pour détruire l’œuvre de Dieu. Mais il est tout aussi évident que l’amour du Christ, son infinie miséricorde est plus forte que le péché et la mort. »

Il donne en exemple les deux nouveaux martyrs,  Mgr Jesús Emilio Jaramillo Monsalve, évêque d’Arauca, et le prêtre diocésain Pedro Maria Ramírez Ramos, béatifiés le 8 septembre à Villavicencio: « Ainsi, la béatification de deux martyrs a rappelé que la paix est surtout fondée sur le sang de tant de témoins de l’amour, de la vérité, de la justice. « Miséricorde et vérité se rencontrent / Justice et paix s’embrassent » (Ps. 85,4). Quand les chrétiens s’engagent jusqu’au bout sur le chemin de la suite du Christ, ils deviennent vraiment sel, lumière et levain dans le monde. »

Le pape mentionne aussi son pèlerinage au tombeau de S. Pierre Claver SJ, à Cartagena, le 10 septembre: « C’est l’exemple donné par saint Pierre Claver, apôtre des esclaves, qui a montré la voie de la véritable révolution, évangélique et non pas idéologique, qui libère les personnes et la société de tous les esclavages, avec le Christ et grâce à Lui. »

« Alors, avec l’aide de Marie, que chaque colombien puisse faire le premier pas pour construire la paix dans l’amour, la justice et la vérité », conclut le pape François.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!