Faire un don
Les deux évêques chinois au Synode © Vatican News

Les deux évêques chinois au Synode © Vatican News

Chine : le pape « ne veut pas nous séparer de l’Église universelle », par Mgr Yang Xiaoting

Les évêques chinois du Synode concélèbrent une messe dans une paroisse romaine

« En Italie, en Chine ou dans d’autres pays, l’amour du Christ est toujours le même », a déclaré en italien Mgr Yang Xiaoting, évêque de Yan’ An (Shaanxi), en Chine continentale. « Le pape François connaît très bien notre situation de l’Église catholique en Chine, a-t-il ajouté. Il ne veut pas nous laisser, ne veut pas nous séparer de l’Église universelle. »

Mgr Jean-Baptiste Yang Xiaoting, évêque de Yan’ An (Shaanxi), et Mgr Joseph Guo Jincai, évêque de Chengde (Hebei, diocèse que le pape vient d’ériger), deux évêques de la Chine continentale qui participent au Synode des jeunes, ont concélébré une messe dimanche 7 octobre 2018 dans une paroisse romaine de Santa Maria ai Monti, indique l’agence italienne Sir le 9 octobre. Accueillis dans une atmosphère de grande émotion par le curé Don Francesco Pesce, les évêques ont concélébré la messe présidée par le cardinal Francesco Coccopalmerio, président émérite du Conseil pontifical pour les textes législatifs. Était également présent Mgr Leonardo Gomez, évêque émérite de Chiquinquirà (Colombie), qui est à Rome pour participer à la canonisation du pape Paul VI et de Mgr Oscar Romero (le 14 octobre prochain).

« Nous attendons toujours que le Saint-Père vienne en Chine, a dit Mgr Yang Xiaoting dans un discours prononcé après une brève homélie du card. Coccopalmerio. Nous vous attendons vous aussi en Chine, le cardinal, le curé Don Francesco, vous tous… nous vous attendons toujours en Chine ! Dans l’amour du Christ, dans l’amour de Dieu, nous sommes toujours une famille, l’Église universelle est toujours comme une famille. »

Mgr Yang a aussi adressé des remerciements à la communauté paroissiale : « Vous avez beaucoup prié pour l’Église chinoise, a-t-il dit. Aujourd’hui encore, nous sommes très heureux d’être parmi vous, c’est une grande joie pour nous. »

« Même si nous sommes dans des pays différents, a poursuivi l’évêque chinois, même si dans la culture, dans la liturgie et dans d’autres choses il y a une diversité », « notre foi, dans le Seigneur, est toujours une. C’est pourquoi nous tous, dans l’amour de Dieu, dans l’amour du Christ, nous sommes unis comme une famille ».

Mgr Yang Xiaoting a demandé aux fidèles de continuer à aider l’Église chinoise : « Je vous demande encore de l’aide pour cette Église en Chine, a-t-il dit. Notre Église est comme une petite fille, elle n’est pas très mûre, nous avons donc besoin de votre accompagnement, de votre aide et de votre prière, toujours dans l’amour du Seigneur.»

« Une rencontre fraternelle »

Interrogé par Sir, le curé de la paroisse, Don Francesco Pesce, a expliqué qu’« au fil des années », les paroissiens ont « suivi tout le processus de rapprochement » entre la Chine et le Vatican et qu’ils étaient « émus » le jour de la célébration commune : « À la fin de la messe, a-t-il dit, la procession s’est arrêtée pour prier à l’autel latéral où se trouvent les reliques du bienheureux Gabriel Maria Allegra. Puis les deux évêques ont salué les paroissiens à la porte de l’église et sont restés dîner au presbytère. Tout s’est déroulé dans un climat de profonde fraternité. Nous avons échangé des cadeaux. Une rencontre fraternelle. »

Les évêques chinois ont été invités dans la paroisse sur l’initiative de Monica Romano, sinologue et chargée de cours au Centre d’études interreligieuses de l’Université pontificale grégorienne : « Dès que je les ai contactés, a-t-elle dit, Mgr Yang a accepté l’invitation immédiatement et avec joie, et pendant la messe, ils étaient visiblement heureux. Ils sentent beaucoup le désir de proximité, de participation et de communion avec l’Église universelle. »

Des moments de communion comme ceux vécus le dimanche, a-t-elle poursuivi, « sont importants pour les catholiques chinois … mais importants aussi pour les autres Églises du monde afin qu’elles puissent connaître l’Église en Chine ». « Cette Église, a expliqué Monica Romano, est perçue, surtout dans le monde occidental, à travers des messages stéréotypés, qui mettent toujours l’accent sur les mêmes aspects alors que beaucoup de changements se sont produits au fil du temps. Il est donc important de montrer la beauté de l’Église chinoise. C’est une Église vitale, une Église jeune, une Église riche en dons. »

Avec une traduction d’Océane Le Gall

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel