Journée pour l'Université catholique

Journée pour l'Université catholique

Université catholique du Sacré-Cœur : voeux du pape pour les jeunes

Print Friendly, PDF & Email

Messe avec le card. Parolin à Milan

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Que les jeunes soient «protagonistes d’un avenir riche d’espérance» : c’est le voeu du pape François pour la 97e Journée pour l’Université catholique du Sacré-Coeur, célébrée ce 18 avril 2021.

Saluant le «précieux service» de cette institution centenaire «pour la formation des nouvelles générations», le pape a béni «le personnel, les professeurs et les étudiants», depuis la Place Saint-Pierre où il présidait le Regina Coeli.

A Milan, siège de l’Université, les festivités étaient présidées par le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin, qui a invité à «ouvrir les esprits» des jeunes non seulement à la connaissance mais à la sagesse de Dieu.

«N’ayez pas peur face à une époque qui se présente incertaine et lourde de transformations marquants, a-t-il exhorté dans son homélie rapportée par Vatican News. N’ayez pas peur face à ce que le pape François, en termes sévères, mais je crois réalistes, a appelé une “catastrophe éducative”, en nous appelant à nous engager, familles, communautés, écoles, universités, institutions, religions, gouvernants, humanité entière, à “former des personnes matures” et à aider les jeunes à être protagonistes d’un nouveau chemin.»

Le «numéro 2» du Vatican a mis en garde contre «une image de Dieu qui ne suscite pas seulement le respect, mais la peur», une image «tordue» qui est «le fruit de nos projections» : «Que me fera Dieu si j’agis mal ? Que me demandera-t-il si je me confie à Lui, m’enverra-t-il quelque épreuve ?… Stagne dans notre coeur la pensée étouffante et oppressive d’un Dieu maître plutôt que Père… un contrôleur pointilleux, un juge sévère.»

«Le mal se dépasse seulement ainsi, a aussi expliqué le cardinal Parolin : non pas par la fuite, non pas par la force, mais par l’amour. Dieu l’a fait et c’est sa grandeur inouïe : savoir tout tourner vers le bien à travers l’amour. Tout, y compris la souffrance et la mort.»

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel