Card. Antoine Kambanda © Vatican News

Card. Antoine Kambanda © Vatican News

Rwanda : Mgr Antoine Kambanda, premier cardinal de l’histoire du pays

Print Friendly, PDF & Email

«L’opportunité de travailler beaucoup plus pour le Seigneur»

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

« Être cardinal me donne l’opportunité de travailler beaucoup plus pour le Seigneur », affirme l’archevêque de Kigali, Mgr Antoine Kambanda qui fait partie des 13 nouveaux cardinaux que le pape François va créer lors du consistoire ordinaire prévu le 28 novembre prochain. « Si le pape m’a nommé cardinal, c’est aussi grâce à la foi, au travail et à la pastorale de toute la communauté », note l’archevêque.

Mgr Kambanda sera le premier cardinal de l’histoire du Rwanda, c’est ce qu’il a confirmé dans l’interview accordée à Vatican News le 25 octobre 2020.

« Je remercie le Seigneur, car il est l’auteur de l’histoire, l’histoire en général ou l’histoire personnelle », a déclaré Mgr Kambanda. Il a dit que c’était « une grande surprise » pour lui : « Je n’avais jamais rêvé d’être cardinal. C’est le Seigneur qui l’a voulu. » « J’aime l’Église, j’aime travailler pour l’Église et cela me donnera l’occasion de travailler beaucoup plus pour elle », a ajouté le futur cardinal.

En évoquant la situation dans son pays, Mgr Kambanda a dit que Rwanda avait effectué « un cheminement de 26 ans après le génocide ». « Et nous avons beaucoup travaillé pour la réconciliation », a-t-il affirmé. « Actuellement, nous avons quand même atteint un niveau de réconciliation et d’unité. »

Le futur cardinal a aussi évoqué l’encyclique du pape François Fratelli tutti, précisant qu’elle « a été bien accueillie au Rwanda ». « Nous la méditions et l’approfondissons. L’encyclique va renforcer et faciliter notre travail pastoral dans la réconciliation », a-t-il expliqué.

« Comme pasteurs, a poursuivi l’archevêque, nous avons besoin de guider les gens dans la paix et la fraternité. Dans ce cadre, l’encyclique Fratelli tutti va nous éclairer et beaucoup nous aider dans notre pastorale de réconciliation et de fraternité dans la région. »

Dans son entretien, Mgr Kambanda a voulu remercier « le Seigneur pour cette grâce qui fonctionne dans son Église, confrontée actuellement à plusieurs défis ». « Nous devons donc beaucoup travailler pour transmettre et faire comprendre le message du salut, a-t-il dit. C’est à la fois une joie, une grande charge et un défi. »

Share this Entry

Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel