Fête de Notre Dame de Guadalupe, capture @ Vatican Media

Fête de Notre Dame de Guadalupe, capture @ Vatican Media

Notre Dame de Guadalupe : les titres "essentiels" de la Vierge Marie (traduction complète)

Et le « principe marial » dans l’Eglise

Share this Entry

Pas de nouveau « dogme marial » mais le « principe marial », pour « penser l’Église » : c’est ce qu’a expliqué le pape François lors de la messe qu’il a présidée, comme chaque année, pour la fête de Notre Dame de Guadalupe, ce 12 décembre 2019.
Le pape a commenté les titres « essentiels » de Marie comme « femme », « mère », « dame »,  et « disciple », apparue au Mexique sous l’aspect d’une « métisse ».
Et, comme chaque année, cette fête précède l’anniversaire de son ordination sacerdotale, le 13 décembre 1969. Mais cette année, le pape fête son jubilé d’or : 50 ans de sacerdoce, comme l’a rappelé le cardinal Marc Ouellet qui lui a présenté ses vœux au nom de tous au terme de la célébration. Cette proximité de la fête et de sa date d’ordination explique aussi l’importance de cette apparition de Marie pour le pape François.
Le pape François a rappelé les titres de Marie dans le « Nican mopohua », le récit manuscrit, en langue nahuatl, des apparitions la Vierge Marie à saint Juan Diego, en 1531, sur la colline de Tepeyac, au nord-ouest de Mexico (Mexique).
Dans une homélie prononcée d’abondance du coeur, en espagnol, le pape François a souligné que tous les autres titres de Marie, présents dans les litanies de Lorette par exemple, ne sont pas aussi essentiels que ces titres de « femme » et de « mère », et de « disciple ».
Il a aussi relevé que Marie, dans l’apparition à saint Juan Diego (1474–1548), et sur la « tilma » de laine où son image est restée imprimée, se présente sous l’apparence d’une métisse.
Par le métissage, a expliqué le pape, Marie manifeste sa « proximité » à tous les peuples de la terre. Plus encore, en Marie Dieu s’est comme « métissé avec l’humanité », et Marie s’est métissée avec toute l’humanité…
Le pape a aussi fait observer que Marie ne s’est pas présentée avec le titre de « co-rédemptrice », mais avec ceux de « femme, dame, disciple » : « Fidèle à son Maître, qui est son Fils, l’unique Rédempteur, elle n’a jamais voulu prendre pour elle quelque chose de son Fils. Elle ne s’est jamais présentée comme co-rédemptrice. Non, disciple. »
Et lorsque l’on parle du rôle de la femme dans l’Eglise, le pape a recommandé de ne pas le réduire à des « fonctions » mais à regarder bien « au-delà ».
Voici notre traduction, rapide, de travail, de l’homélie prononcée par le pape François.
AB

Fête de Notre Dame de Guadalupe, capture @ Vatican Media

Fête de Notre Dame de Guadalupe, capture @ Vatican Media

Homélie du pape François
La célébration d’aujourd’hui, les textes bibliques que nous avons entendus et l’image de Notre Dame de Guadalupe qui nous rappelle le Nican mopohua, me suggèrent pour elle trois adjectifs: dame-femme, mère et métisse.
Marie est une femme. C’est une femme, c’est une dame, comme le dit le Nican mopohua. Femme avec autorité de femme. Elle se présente en tant que femme, et elle se présente avec le message d’un autre, c’est-à-dire qu’elle est femme, dame et disciple. Saint Ignace aimait l’appeler Notre Dame. Et c’est aussi simple que cela, elle ne prétend pas autre chose: elle est femme, disciple.
La piété chrétienne à travers les âges a toujours cherché à la louer par de nouveaux titres: c’étaient des titres filiaux, des titres de l’amour du peuple de Dieu, mais ils ne touchaient pas son être de femme-disciple.
Saint Bernard disait que lorsque nous parlons de Marie, la louange, les titres de louange ne suffisent jamais, mais ils ne touchaient pas son humble condition de disciple. Disciple.
Fidèle à son Maître, qui est son Fils, l’unique Rédempteur, elle n’a jamais voulu prendre pour elle quelque chose de son Fils. Elle ne s’est jamais présentée comme co-rédemptrice. Non, disciple.
Et un certain Saint-Père dit que le fait d’être disciple est plus digne que la maternité. Questions de théologiens, mais disciple. Elle n’a jamais rien volé pour elle à son Fils, elle l’a servi parce qu’elle est mère, elle donne la vie, à la plénitude des temps, comme nous l’avons entendu, à ce Fils né d’une femme.
Marie est notre Mère, elle est Mère de nos peuples, elle est Mère de nous tous, elle est Mère de l’Église, mais elle est aussi figure de l’Église. Et elle est la mère de notre cœur, de notre âme. Un certain Saint-Père dit que ce qui est dit de Marie peut être dit, à sa manière, de l’Église et à sa manière, de notre âme. Parce que l’Église est féminine et que notre âme a cette capacité de recevoir de Dieu la grâce, et dans un sens, les Pères la voyaient comme féminine. Nous ne pouvons pas penser l’Église sans ce principe marial qui s’étend.
Lorsque nous cherchons le rôle de la femme dans l’Église, nous pouvons prendre le chemin de la fonction, car la femme a des fonctions à remplir dans l’Église. Mais cela nous laisse à mi-chemin.
La femme dans l’Église va plus loin, avec ce principe marial qui « maternalise » l’Église et la transforme en la Sainte Mère Église.
Marie femme, Marie mère, sans autre titre essentiel. Les autres titres – pensez aux litanies de Lorette – sont des titres d’enfants amoureux qui les chantent à leur Mère, mais ne touchent pas à l’essentiel de l’être de Marie : femme et mère.
Et troisième adjectif que je dirais en la regardant, elle a voulu être métisse pour nous, elle s’est métissée. Mais pas seulement avec le petit Juan Diego, avec le peuple. Elle s’est métissée pour être la Mère de tous, elle s’est métissée avec l’humanité. Pourquoi ? Parce qu’elle a « métissé » Dieu. Et c’est là le grand mystère : Marie Mère « métisse » Dieu, vrai Dieu et vrai homme, dans son Fils.
Lorsque l’on vient avec des histoires selon lesquelles il faudrait la déclarer ceci, ou faire cet autre dogme ou cela, ne nous perdons pas dans un non-sens : Marie est femme, elle est Notre Dame, Marie est la Mère de son Fils et de la Sainte Mère l’Église hiérarchique et Marie est métisse, femme de nos peuples, mais qui a « métissé » Dieu.
Qu’elle nous parle comme elle a parlé à Juan Diego depuis ces trois titres : avec tendresse, avec chaleur féminine et avec la proximité du métissage. Ainsi soit-il.
© Zenit pour la traduction – Anita Bourdin
Fête de Notre Dame de Guadalupe, capture @ Vatican Media

Fête de Notre Dame de Guadalupe, capture @ Vatican Media

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel