Rencontre avec les jeunes, cathédrale Sainte-Marie, Tokyo, Japon © Vatican Media

Rencontre avec les jeunes, cathédrale Sainte-Marie, Tokyo, Japon © Vatican Media

Jeunes du Japon : une catholique, une bouddhiste et un migrant témoignent devant le pape

Print Friendly, PDF & Email

«Le temps de penser et d’agir en fonction de Dieu»

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Un jeune catholique, un jeune catholique et un jeune migrant, ont témoigné devant le pape, qui a rencontré la jeunesse du Japon, ce 25 novembre 2019.
Au troisième jour de son voyage dans le pays – deuxième étape après la Thaïlande – le pape s’est rendu à la cathédrale Sainte-Marie de Tokyo, où il a été accueilli par 900 jeunes enthousiastes, qui lui ont offert un kimono portant son visage imprimé. Trois d’entre eux ont pris la parole au cours de cette rencontre.

Miki Kobayashi, rencontre avec les jeunes à Tokyo, cathédrale Sainte-Marie, capture @ Vatican Media

Miki Kobayashi, rencontre avec les jeunes à Tokyo, cathédrale Sainte-Marie, capture @ Vatican Media

Miki Kobayashi, jeune catholique, a décrit son pays comme «très engagé dans le travail». Mais, a-t-elle déploré, «peu de monde pense qu’il est précieux de perdre du temps pour faire une pause et réfléchir sur soi et simplement prier». Dans une société où beaucoup pensent «pouvoir vivre sans croire en quelque chose», elle a exprimé son désir de «trouver le temps de penser et d’agir en fonction de Dieu».
En effet, «à cause du manque de temps, les jeunes pourraient ne pas voir les nombreuses étoiles et perdre l’occasion joyeuse d’expérimenter la grandeur de Dieu et leur petitesse, et de se rendre compte que Dieu est avec eux». «La règle de mesure de Dieu est différente des standards de la société et de nos valeurs. Dieu prend soin de tout le monde», a souligné Miki.
«Tout en appartenant à l’Eglise, nous devons vivre notre foi dans la société», a aussi affirmé la jeune fille.
Masako Kudo, bouddhiste, rencontre avec les jeunes à Tokyo, cathédrale Sainte-Marie, capture @ Vatican Media

Masako Kudo, bouddhiste, rencontre avec les jeunes à Tokyo, cathédrale Sainte-Marie, capture @ Vatican Media

Une bouddhiste également a donné son témoignage : Masako Kudo, un professeur de sport qui a évoqué le harcèlement et le suicide des étudiants, ainsi que leur manque d’ouverture aux autres, accentué par la diffusion du monde virtuel. «Dans mon école, a-t-elle rapporté, des étudiants se comparent aux autres et ont des sentiments d’infériorité ou de supériorité. Ils ne sont pas contents d’eux-mêmes et ont une estime d’eux-mêmes très basse, mais en même temps, ils n’arrivent pas à reconnaître les efforts et les résultats des autres.»
Et la jeune enseignante de se remettre en question : «J’ai compris que l’attitude de ces étudiants était aussi la mienne. Je me comparais à mon grand frère ou à mes amis. Je voulais être meilleure que tout le monde et je voulais être encouragée par les autres.» Masako a fait part de son désir «d’aider ces étudiants à prendre conscience de leur bonté et de leur valeur».
Leonardo Cachuela, rencontre avec les jeunes à Tokyo, cathédrale Sainte-Marie, capture @ Vatican Media

Leonardo Cachuela, rencontre avec les jeunes à Tokyo, cathédrale Sainte-Marie, capture @ Vatican Media

Enfin, un jeune migrant, Leonardo Cachuela, originaire des Philippines, a parlé du harcèlement qu’il avait connu en arrivant au Japon, de la part d’un garçon de sa classe : «A voix basse… il me disait : “sale étranger”, “obèse”, “dégoûtant”. Avec son seul regard je me sentais raillé et je ne parvenais plus à sourire. Tous les jours j’avais seulement envie de disparaître, je parlais que les autres riaient dans mon dos et j’étais toujours plus angoissé… je n’ai jamais subi de violence physique, mais des paroles, des regards, des expressions faciales… qui m’opprimaient. A l’école, je passais le plus clair de mon temps seul, en évitant les autres… j’ai vécu beaucoup de moments difficiles et j’ai pensé au suicide.»
Le jeune garçon a été «sauvé» par sa paroisse : «Les gentilles paroles des prêtres, des animateurs et des amis, ainsi que celles de Jésus, qui me dit dans la Bible : “n’aie pas peur, je suis avec toi… Je t’aiderai et je te soutiendrai…”, m’ont toutes encouragé.»
«Le harcèlement est un grand problème non seulement au Japon, mais aussi dans de nombreuses parties du monde», y compris sur Internet, a-t-il déploré en conclusion : «Tant de personne veulent vivre heureuses, mais elle ne font que survivre.»

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel