Messe à Sainte-Marthe le 11 septembre 2018 © Vatican Media

Messe à Sainte-Marthe le 11 septembre 2018 © Vatican Media

Sainte-Marthe : la force de l'évêque contre le Grand Accusateur

Print Friendly, PDF & Email

Le pape invite à prier pour les évêques

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

«La force de l’évêque contre le Grand Accusateur» qui se «déchaîne», est la prière, a affirmé le pape François à la messe matinale à Sainte-Marthe, ce 11 septembre 2018, dans son homélie rapportée par Vatican News.
Commentant l’Evangile du jour (Lc 6,12-19), où Jésus choisit les Douze Apôtres, le pape a médité sur la figure de l’évêque. Premier aspect fondamental : c’est un homme de prière, a-t-il expliqué. La prière est en effet sa «consolation» dans les moments difficiles car l’évêque sait qu’ «en ce moment Jésus prie pour moi». Ainsi saint Pierre dit «A nous la prière et l’annonce de la Parole», et non pas «l’organisation des plans pastoraux», a souligné le pape.
Ensuite, l’évêque sait qu’il a été choisi : «L’évêque qui aime Jésus n’est pas un arriviste qui poursuit sa vocation comme une fonction, en regardant peut-être une autre possibilité d’avancer et de monter les échelons : non. L’évêque se sent choisi. Et il a justement la certitude d’avoir été choisi. Et cela l’amène au dialogue avec le Seigneur : “Tu m’as choisi moi, qui suis peu de choses, qui suis un pécheur …”: il a l’humilité. Parce que quand il se sait choisi, il sent le regard de Jésus sur son existence et cela lui donne la force.»
Enfin, l’évêque est appelé à être proche de son peuple : «L’évêque ne reste pas distant du peuple, il n’a pas d’attitudes qui le conduisent à être distant du peuple ; l’évêque touche le peuple et se laisse toucher par le peuple. Il ne va pas chercher refuge auprès des puissants, des élites : non… le peuple a cette attitude d’amour envers l’évêque, et il a cette onction spéciale, qui confirme l’évêque dans sa vocation.»
La force d’un évêque est d’être un «homme de prière», un «homme qui se sent choisi par Dieu» et «un homme au milieu de son peuple» : «Cela fait du bien de le rappeler, en ces temps où il semble que le Grand Accusateur se déchaîne contre les évêques. C’est vrai, il y en a, nous sommes tous pécheurs, nous les évêques. Il cherche à révéler les péchés, qu’ils se voient, pour scandaliser le peuple. Le Grand Accusateur qui, comme il le dit lui-même à Dieu au premier chapitre du Livre de Job, “parcourt le monde en cherchant comment accuser”.»
«La force de l’évêque contre le Grand Accusateur est la prière, celle de Jésus pour lui et la sienne ; et l’humilité de se sentir choisi et de rester proche du peuple de Dieu, sans aller vers une vie aristocratique qui lui ôte cette onction», a poursuivi le pape. Et d’inviter en conclusion : «Prions aujourd’hui, pour nos évêques : pour moi, pour ceux qui sont ici, et pour tous les évêques du monde.»

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel