Sainte Bakhita @ fondazionecanossiana.canossian.org

Sainte Bakhita @ fondazionecanossiana.canossian.org

«Gaudete et exsultate»: les saints et les auteurs que le pape aime

“N’aie pas peur de la sainteté”, c’est le chemin du bonheur

Share this Entry

“N’aie pas peur de la sainteté” : voilà le cœur de l’exhortation apostolique du pape François publiée ce lundi 9 avril 2018 « Gaudete et exsultate », dans le sillage du dimanche de la miséricorde (8 avril). Car la sainteté, c’est le chemin du « bonheur ».
Et il cite à ce propos sainte Joséphine Bakhita, ancienne petite esclave au Soudan devenue religieuse en Italie (1869-1947).
Mais quels sont les autres saints ou auteurs que le pape aime et dont il parle et ils sont nombreux dans ce texte sur la sainteté ? Ils représentent une sainteté vécue à la suite du Christ dans des époques et des situations bien diverses, et en quelque sorte des amitiés spirituelles du pape.
Parmi les saints de cette exhortation à la sainteté, le pape François évoque le modèle de la sainte Famille de Nazareth, icône de la sainte Trinité: Jésus, à suivre dans la sainteté quotidienne, Marie (il publie le jour de l’Annonciation), Joseph (il signe le 19 mars). Et il propose à tous Marie comme modèle de sainteté: “Elle est la sainte parmi les saints, la plus bénie, celle qui nous montre le chemin de la sainteté et qui nous accompagne.”
Le génie féminin
Il cite spécifiquement aussi le «génie féminin», selon l’expression de Jean-Paul II, pour citer des « styles féminins de sainteté » et il évoque : Hildegarde de Bingen, sainte Brigitte, sainte Catherine de Sienne, sainte Thérèse d’Avila ou sainte Thérèse de Lisieux.
Parmi les auteurs cités autres que Bloy et Malègue, et à part les textes bibliques, ceux du magistère comme les conciles, ses propres documents, ou les documents de différentes conférences épiscopales, figurent ses prédécesseurs Benoît XVI, saint Jean-Paul II, et le bientôt saint Paul VI.
Mais aussi les saints de la Bible – Abraham, Sara, Moïse, Gédéon… – et des pères de l’Eglise d’Orient et d’Occident – Jean Chrysostome, Basile le Grand, Augustin, et sa mère sainte Monique ! – et les grands théologiens – Thomas d’Aquin et saint Bonaventure -.
Les saints du carmel
Il cite le fondateur du monachisme occidental, Benoît de Nursie et sa sœur Scholastique, le fondateur de la Compagnie de Jésus, Ignace de Loyola, et les saints du carmel – pas moins de quatre et plusieurs fois ! -, Thérèse d’Avila, Jean de la Croix, Thérèse de Lisieux (notamment son Acte d’offrande à l’Amour miséricordieux), Thérèse Bénédicte de la Croix – Edith Stein -, et son saint patron, François d’Assise, mais aussi un autre François, de Sales, l’humour de Philippe Neri, de Vincent de Paul et de Thomas More, et Bernard de Clairvaux, et la tradition orientale des Récits d’un pèlerin russe.
Plus près de nous, il nomme ou cite, par ordre chronologique de naissance, qui n’est pas celui du texte, le saint prêtre argentin José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), le bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), le philosophe espagnol Xavier Zubiri (1898-1983), lapôtre de la Miséricorde divine, sainte Faustine Kowalska (1905-1938), le grand théologien suisse le cardinal Hans Urs von Balthasar (1905-1988), sainte Mère Teresa de Calcutta (1910-1997), la bienheureuse moniale cistercienne Maria Gabriela Sagheddu (1914-1939), le théologien italo-argentin Lucio Gera (1924-2012, fait prélat d’honneur par Jean-Paul II en 1988), le cardinal italien Carlo Maria Martini (1927-2012), et le cardinal vietnamien François-Xavier Nguyên Van Thuân (1928-2002).
Saints en communauté, en famille, dans l’Esprit
Bien d’autres saints sont mentionnés sans qu’une phrase d’eux soient citée, notamment lorsque le pape parle de sainteté des communautés (n. 141): « En diverses occasions, l’Église a canonisé des communautés entières qui ont vécu héroïquement l’Évangile ou qui ont offert à Dieu la vie de tous leurs membres. Pensons, à titre d’exemple, aux sept saints fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie, aux sept religieuses bienheureuses du premier monastère de la Visitation de Madrid, à saint Paul Miki et ses compagnons martyrs au Japon, à saint André Kim Taegon et ses compagnons martyrs en Corée, à saint Roque González, saint Alphonse Rodríguez et leurs compagnons martyrs en Amérique du Sud. »
C’est là que le pape cite les moines de l’Atlas qui seront bientôt béatifiés et qu’il appelle déjà bienheureux: « Souvenons-nous également du récent témoignage des bienheureux moines trappistes de Tibhirine (Algérie), qui se sont préparés ensemble au martyre. »
Le pape mentionne les couples sanctifiés dans le mariage : « Il y a, de même, beaucoup de couples saints au sein desquels chacun a été un instrument du Christ pour la sanctification de l’autre époux. »
En somme, le pape invite à vivre, comme les saints, chacun selon sa sainteté spécifique, dans l’Esprit de sainteté, car c’est un chemin de bonheur: “Demandons à l’Esprit Saint d’infuser en nous un intense désir d’être saint pour la plus grande gloire de Dieu et aidons-nous les uns les autres dans cet effort. Ainsi, nous partagerons un bonheur que le monde ne pourra nous enlever.”

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel