Le cardinal Pietro Parolin © L'Osservatore Romano

Le cardinal Pietro Parolin © L'Osservatore Romano

En Bulgarie, le card. Parolin rappelle l’affection de saint Jean XXIII

Print Friendly, PDF & Email

25 ans de relations diplomatiques

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

En Bulgarie, le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin rappelle l’affection de saint Jean XXIII pour la Bulgarie et les Bulgares.
Arrivé dans la capitale de la Bulgarie, Sofia, dimanche 20, à l’invitation de l’Église locale et du Premier ministre Boyko Borisov, le secrétaire d’État du Saint-Siège a d’abord participé à la messe célébrée à l’occasion de la consécration de l’église restaurée de la Dormition de Marie, cathédrale de l’exarchat apostolique de Bulgarie, rapporte L’Osservatore Romano du 22 mars.
Le bien commun de la société
À l’issue de la cérémonie, le secrétaire d’État a apporté aux personnes présentes – parmi lesquelles l’exarque apostolique Christo Proykov, les évêques Georgi Yovchev e Petko Christov, le métropolite Antonio, délégué du patriarcat orthodoxe pour l’Europe centrale et la présidente du Parlement, Tzetzka Tzacheva – les salutations du pape François qui, a-t-il dit, « suit avec grand intérêt la vie de cette communauté catholique, petite mais pleine d’énergie et très active pour contribuer au bien commun de toute la société bulgare ».
L’église de la Dormition, a souligné le cardinal Parolin, a été « témoin de moments historiques, joyeux mais aussi douloureux » au cours du siècle dernier. Ici, ont également prié Mgr Angelo Roncalli, lorsqu’il était délégué apostolique en Bulgarie, et, en 2002, Jean-Paul II lors de sa visite historique dans ce pays.
Cette visite a été l’occasion de rappeler aussi les « grands témoins de la foi », comme les bienheureux martyrs Evghenij Bossilkov, Kamen Vichev, Pavel Gigiov et Josafat Shishkov, et de relier leur sacrifice au témoignage de l’Église universelle : « Nous sommes les pierres d’un unique édifice », a-t-il souligné, invitant chacun « en tant qu’Église catholique, avec nos frères orthodoxes », à maintenir « vivant l’esprit des saints Cyrille et Méthode, et de leurs disciples », qui ont évangélisé les terres d’Europe orientale.
La miséricorde vécue
La communauté tout entière, a-t-il ajouté, est appelée « à pratiquer la miséricorde de Dieu avec un engagement renouvelé » et à « vivre l’amour mutuel chrétien avec davantage d’intensité ».
Dimanche après-midi, le cardinal Parolin a visité la co-cathédrale de rite byzantin dédiée à Jean XXIII, construite sur un terrain qui fut acquis précisément par Mgr Roncalli, alors délégué apostolique.
Le cardinal Parolin s’est ensuite rendu dans le monastère adjacent des sœurs eucharistines et dans le centre médical Jean-Paul II, où les religieuses soignent les personnes démunies et les réfugiés du centre d’accueil voisin.
Le cardinal a ensuite présidé la messe du dimanche des Rameaux dans la co-cathédrale de rite latin, dédiée à Saint-Joseph. Le secrétaire d’État s’est adressé à la communauté locale qui « a beaucoup souffert, ces dernières décennies » ; il a voulu encourager à nouveau « à être des témoins joyeux de la foi, en donnant un exemple de dialogue entre tous ceux qui composent l’Église catholique » et qui se réfèrent à deux rites, à différentes nationalités et cultures. Le cardinal a en outre invité à s’engager « dans le dialogue œcuménique avec les orthodoxes et avec les membres d’autres confessions religieuses ».
À l’issue de la messe, le cardinal a aussi remercié les pères capucins qui sont présents en Bulgarie depuis 175 ans, et la communauté maronite libanaise, en particulier Mgr François Eid, visiteur apostolique pour les communautés libanaises présentes en Grèce, Roumanie et Bulgarie.
L’affection de Jean XXIII pour la Bulgarie
Lundi, 21 mars, le cardinal Parolin a rencontré le patriarche bulgare Neofit et les membres du Saint Synode, puis le président de la République Rosen Asenov Plevneliev, le Premier ministre Boyko Borisov et le grand mufti Mustafa Hadji.
Le cardinal a ensuite participé aux célébrations du 25e anniversaire des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Bulgarie. Il rappelé les étapes qui ont marqué ce lien dès 1925, lorsque Mgr Roncalli a été nommé visiteur apostolique, soulignant l’affection du futur pape Jean XXIII pour ce pays et son peuple.
Chaque année, a-t-il rappelé, une délégation bulgare se rend à Rome pour la fête des saints Cyrille et Méthode : le secrétaire d’État s’est réjoui d’avoir « pu visiter ce très beau pays, la fameuse ‘terre des roses’ qui a toujours été un lieu de rencontre entre l’Est et l’Ouest et entre des populations, des cultures et des religions différentes.»
Au palais présidentiel, le cardinal à été décoré de l’ordre de « Stara Planina » (« des Monts antiques »), un honneur qu’il a reçu comme « reconnaissance de la contribution du Saint-Siège à la Communauté internationale et à la promotion des relations entre les différents pays ».
Rappelant que les Balkans ont joué depuis toujours un rôle fondamental en « façonnant l’histoire et la culture du pays » et qu’ils ont été un « carrefour de rencontre entre les peuples », le secrétaire d’État du Saint-Siège a recommandé de ne pas sous-évaluer « les défis » que cette rencontre soulève encore aujourd’hui. Il a exprimé son souhait que la Bulgarie continue « de se caractériser par la générosité de son esprit d’hospitalité et d’ouverture ».
Avec une traduction de Constance Roques
 

Share this Entry

Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel