Père de famille et agriculteur, et tué pour avoir respecté la croix

Print Friendly, PDF & Email

L’Eglise fête saint Joseph Tuân

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Saint Joseph Tuân, laïc et martyr (†1861) est inscrit à ce jour au martyrologe romain.

Et c’est au Tonkin que Joseph Tuân reçut la palme du martyre. Père de famille et agriculteur, il avait été arrêté en tant que chrétien sous la persécution du roi Tu-Duc (1847-1883).

Le roi avait en effet décidé d’extirper le christianisme, pensant ainsi favoriser l’unité politique et religieuse du pays. Les édits de persécution se succédaient. Cette volonté d’éradication du christianisme trouva son paroxysme dans l’édit de «dispersion générale des chrétiens», de 1860. Les villages chrétiens devaient être rasés, et leurs habitants dispersés dans les villages païens, les familles chrétiennes étant soigneusement disloquées.

Sur la joue gauche les chrétiens devaient être marqués de deux caractères: «Ta Dao», ce qui signifiait: «religion perverse». Sur l’autre joue, ils portaient le nom de leur village de destination, de façon à ce qu’ils ne puissent jamais s’en échapper. Ce n’est que le traité de paix signé entre la France et Tu Duc en 1862 qui allait mettre fin à ces violences.

Joseph Tuân avait, lui, affronté la tourmente. Sommé de piétiner la croix publiquement, il s’avança vers elle, s’arrêta, se recueillit puis fit une profonde génuflexion. Ce qui lui valut d’être décapité.

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel