Venezuela: le card. Parolin souhaite que prévale le bien commun

Messe avec les jeunes de la « Tendopoli » dans les Abruzzes

Cardinal Pietro Parolin ZENIT - HSM

Cardinal Pietro Parolin - ZENIT - HSM

Le cardinal Pietro Parolin a souhaité au Venezuela que prévale le sens du bien commun afin de trouver « des solutions pacifiques » à la crise actuelle, le 13 août 2016. Le secrétaire d’Etat du Saint-Siège présidait la messe entouré de centaines de jeunes, à l’occasion de la 36e « Tendopoli », au sanctuaire de saint Gabriel de l’Addolorata, dans les Abruzzes (Italie).

Le « numéro 2 » du Vatican a transmis les salutations et la bénédiction du pape François, au cours de l’événement intitulé “La miséricorde s’est faite tente”. Parmi les participants, réunis dans un village de tentes pour un camp de prière et de rencontre : des jeunes Italiens, Vénézuéliens et Colombiens.

Dans son homélie, le cardinal a évoqué la situation du Venezuela, où il a été nonce apostolique (2009-2013) : « Nous savons que le Venezuela se débat dans de très lourdes difficultés sociales, politiques et économiques, qui causent de grandes souffrances à cette chère population ».

Outre une grave crise économique depuis la chute des cours du pétrole, le pays est déchiré par une crise politique depuis fin 2015. En rentrant de Cracovie (Pologne) le 31 juillet dernier, le pape avait déclaré qu’une médiation du Vatican dans les pourparlers vénézuéliens était possible.

Le secrétaire d’Etat a invité à prier pour que « les protagonistes de la vie publique et les composantes de la société soient sages et courageux afin de trouver des solutions pacifiques à la crise et que prévalent en tous le sens du bien commun, de la justice, de la solidarité et de l’amour ».

Au fil de son homélie, le cardinal Parolin a encouragé les jeunes à suivre l’exemple de saint Gabriel de l’Addolorata (1838-1862), qui « par son existence a rendu tangible le fait que la Passion du Christ est vraiment la force qui soutient l’Eglise et le chemin de chaque homme ». Le jeune religieux passioniste, a-t-il ajouté, « a découvert que la contemplation de la Passion est le meilleur moyen de comprendre jusqu’à quel point le Seigneur aime ses créatures ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!