Un Chemin de Croix à Rome pour les femmes victimes de la traite

Solidarité et prière de la Communauté Pape Jean XXIII

Photo Communauté Pape Jean XXIII Capture

Photo Communauté Pape Jean XXIII Capture

Un « Chemin de Croix de solidarité et de prière pour les jeunes femmes victimes de la traite, de la prostitution forcée et de la violence », est organisé à Rome, vendredi 26 février. Il partira à 19h30 de l’église Santo-Spirito-in-Sassia, l’église sanctuaire de la Miséricorde divine, près du Vatican.

L’initiative est due à la Communauté Pape Jean XXIII,  en collaboration avec la pastorale des vocations du diocèse de Rome, et avec la présence du cardinal vicaire du pape pour Rome, Agostino Vallini.

Elle a reçu les encouragements du pape François, à l’angélus, dimanche, 21 février: « J’adresse une pensée particulière à la Communauté Pape Jean XXIII, fondée par le serviteur de Dieu don Oreste Benzi, qui organisera vendredi prochain, dans les rues du centre de Rome, un « Chemin de Croix » de solidarité et de prière pour les femmes victimes de la traite. »

Sept « stations » sont prévues, du Borgo Santo Spirito à l’église Chiesa Nuova – de saint Philippe Neri -, en passant par le Pont Sant’Angelo, avec des moments de prière, de méditation et de témoignages.

« Nous entendrons le témoignage direct de jeunes filles qui ont vécu dans leur corps une condition de véritable esclavage, qui existe encore aujourd’hui dans nos villes, même si nous paraissons ne pas nous en rendre compte », explique le père Aldo Buonaiuto, coordinateur de l’événement.

La Communauté Jean XXIII est engagée aux côtés des victimes de la prostitution depuis 25 ans et elle a contribué à la libération de plus de sept mille femmes de cette forme moderne d’esclavage.

Actuellement, quelque deux cents jeunes filles sont accueillies dans les structures de la communauté, tandis que 21 « unités de rue » se mobilisent chaque semaine dans toute l’Italie pour aller à la rencontre de ces femmes et leur offrir une possibilité d’échapper à cette exploitation.

D’après les estimations fournies par la Communauté Jean XXIII, il y aurait, en Italie, entre 75 000 et 120 000 femmes contraintes à se prostituer. Les « clients » seraient neuf millions, avec un chiffre d’affaires d’environ 90 millions d’euros, par mois.

Avec une traduction de Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!