Faire un don
Ste-Marthe, 13 sept. 2018 © Vatican Media

Ste-Marthe, 13 sept. 2018 © Vatican Media

Sainte-Marthe : non à la logique du « grand accusateur »

S’accuser soi-même, miséricorde pour les autres

« Etre chrétien n’est pas facile », mais cela rend « heureux », a affirmé le pape François lors de la messe qu’il a célébrée à la Maison Sainte-Marthe au Vatican, ce 13 septembre 2018. Il a exhorté à ne pas entrer dans la logique du « grand accusateur » : « La seule accusation permise aux chrétiens, c’est s’accuser soi-même. Pour les autres, seulement la miséricorde. »

Méditant sur l’Evangile du jour (Lc 6,27-38), le pape a repéré « quatre détails pour vivre la vie chrétienne » : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. »

Ainsi les chrétiens doivent refuser la logique de la « médisance » ou « des insultes », qui n’engendrent que la « guerre », a-t-il insisté dans son homélie rapportée par Vatican News. Au contraire, le chrétien est appelé à « prier pour les personnes désagréables » : « C’est le style du chrétien, c’est le mode de vie du chrétien. »

« Mais si je ne fais pas cela – aimer ses ennemis, faire du bien à ceux qui me haïssent, bénir ceux qui me maudissent, et prier pour ceux qui me calomnient – je ne suis pas chrétien ? Si, tu es chrétien, parce que tu as reçu le Baptême, mais tu ne vis pas comme un chrétien. Tu vis comme un païen, avec l’esprit de la mondanité », a averti le pape François

Il est plus facile de « médire des ennemis ou de ceux qui sont d’un autre parti » mais la logique chrétienne suit « la folie de la Croix », a-t-il rappelé : « Seuls les miséricordieux ressemblent à Dieu Père. ‘Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.’ C’est la voie, le chemin qui va contre l’esprit du monde, qui pense le contraire, qui n’accuse pas les autres. »

« Entre nous, a encore noté le pape, il y a le grand accusateur, celui qui va toujours nous accuser devant Dieu, pour nous détruire. Satan : c’est le grand accusateur. Et quand j’entre dans cette logique d’accusateur, de médire, de chercher à faire du mal à l’autre, j’entre dans la logique du grand accusateur qui est destructeur. Qui ne connaît pas le mot ‘miséricorde’, il ne le connaît pas, il ne l’a jamais vécu. »

Le grand accusateur, a poursuivi le pape, « nous pousse à accuser les autres, pour les détruire… mais c’est lui qui est en train de me détruire ! » Et de conclure : « Tu ne peux pas entrer dans la logique de l’accusateur. ‘Mais père, je dois accuser’. Oui, accuse-toi toi-même, cela te fera du bien. La seule accusation permise aux chrétiens, c’est s’accuser soi-même. Pour les autres, seulement la miséricorde, car nous sommes enfants du Père qui est miséricordieux. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel