Noël: la crèche et le sapin, signes de la compassion de Dieu

Le pape reçoit les donateurs des deux symboles place Saint-Pierre (Traduction intégrale)

Donateurs de la crèche et du sapin de Noël © L'Osservatore Romano

Donateurs de la crèche et du sapin de Noël © L'Osservatore Romano

La crèche et l’arbre de Noël « rendent encore plus visible ce qui se saisit dans l’expérience de la naissance du Fils du Dieu », a affirmé le pape François en recevant les donateurs de ces deux symboles dressés sur la place Saint-Pierre, ce 7 décembre 2017 : « Ils sont les signes de la compassion du Père céleste, de sa participation et de sa proximité à l’égard de l’humanité, qui fait l’expérience de ne pas être abandonnée dans la nuit des temps, mais visitée et accompagnée dans ses difficultés. »

Cette année, la crèche installée place Saint-Pierre vient de l’abbaye de Montevergine, près de Naples, en Campanie (Italie méridionale), et l’arbre – un épicéa – est offert par l’archidiocèse d’Elk, en Pologne. Il est décoré de sculptures d’enfants soignés en oncologie dans des hôpitaux italiens. Tous deux seront illuminés dans la soirée.

Le pape a reçu quelque 1500 représentants de Montevergine, de Pologne et des enfants, dans la salle Paul VI du Vatican. « L’arbre tendu vers le haut nous stimule à tendre nous-mêmes vers “les dons les plus grands”… à nous élever au-dessus des brumes qui obscurcissent, pour expérimenter qu’il est beau et joyeux d’être immergés dans la lumière du Christ », a-t-il souligné devant eux. Et d’ajouter : « Dans la simplicité de la crèche, nous rencontrons et nous contemplons la tendresse de Dieu, manifestée dans celle de l’Enfant Jésus. »

Au cours de cette rencontre en fin de matinée, le pape François a souhaité que Noël « soit l’occasion d’être plus attentifs aux besoins des pauvres et de ceux qui, comme Jésus, ne trouvent personne pour les accueillir ». Voici notre traduction de son discours.

Discours du pape François

Chers frères et sœurs,

C’est une joie pour moi de vous accueillir en cette circonstance et de vous adresser mes remerciements pour le don de la crèche et de l’arbre de Noël, sur la place Saint-Pierre. J’adresse de tout cœur à vous tous mon salut, en commençant par les Autorités et les représentants des Institutions qui ont promu cette initiative. Je salue l’Abbé de Montevergine, pour le don de la crèche ; l’archevêque de Warmie et l’évêque d’Elk en Pologne, d’où provient l’arbre, avec la Direction des Forêts d’Etat de Bialystok. Je salue en outre les enfants pris en charge dans les départements d’oncologie de certains hôpitaux italiens et des zones touchées par les séismes en Italie centrale, coordonnés par la Fondation “Contessa Lene Thun”, qui ont réalisé les décorations.

Chaque année, la crèche et l’arbre de Noël nous parlent par leur langage symbolique. Ils rendent encore plus visible ce qui se saisit dans l’expérience de la naissance du Fils du Dieu. Ils sont les signes de la compassion du Père céleste, de sa participation et de sa proximité à l’égard de l’humanité, qui fait l’expérience de ne pas être abandonnée dans la nuit des temps, mais visitée et accompagnée dans ses difficultés. L’arbre tendu vers le haut nous stimule à tendre nous-mêmes vers “les dons les plus grands” (cf. 1 Cor 12,31), à nous élever au-dessus des brumes qui obscurcissent, pour expérimenter qu’il est beau et joyeux d’être immergés dans la lumière du Christ. Dans la simplicité de la crèche, nous rencontrons et nous contemplons la tendresse de Dieu, manifestée dans celle de l’Enfant Jésus.

La crèche, réalisée cette année dans l’expression typique de l’art napolitain, est inspirée des œuvres de miséricorde. Elles nous rappellent que le Seigneur nous a dit : « Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi » (Mt 7,12). La crèche est le lieu suggestif où nous contemplons Jésus qui, prenant sur lui les misères de l’homme, nous invite à en faire autant, à travers les actions de miséricorde. L’arbre, provenant cette année de la Pologne, est signe de la foi de ce peuple qui, par ce geste aussi, a voulu exprimer sa fidélité au siège de Pierre.

Chers enfants, mon merci est surtout adressé à vous. Dans vos œuvres, vous avez transféré vos rêves et vos désirs de vous élever vers le ciel et de les faire connaître à Jésus, qui se fait enfant comme vous pour vous dire qu’il vous aime. Merci pour votre témoignage, merci d’avoir rendus plus beaux ces signes de Noël, que les pèlerins et les visiteurs provenant du monde entier pourront admirer. Merci ! Merci ! Ce soir, quand on allumera les lumières de la crèche et de l’arbre de Noël, les désirs que vous avez mis dans vos travaux de décoration de l’arbre seront aussi lumineux et vus de tous. Merci !

Que le Noël du Seigneur soit l’occasion d’être plus attentifs aux besoins des pauvres et de ceux qui, comme Jésus, ne trouvent personne pour les accueillir. A vous ici présents, à ceux que vous aimez et à tous ceux qui sont représentés, je formule de sincères vœux de Joyeux Noël. Je vous assure de ma prière afin que le Seigneur accueille et exauce vos attentes. Vous aussi priez pour moi et pour mon service à l’Eglise.

Et à présent je vais vous donner à tous la bénédiction, mais avant, prions tous la Vierge Marie, ensemble :

[Ave, o Maria…]

Traduction de Zenit, Anne Kurian

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!