Faire un don
avec le clergé et les consacrés (Skopje, Macédoine du Nord) © Vatican Media

avec le clergé et les consacrés (Skopje, Macédoine du Nord) © Vatican Media

Madédoine du Nord: témoignage du p. Kostov, de rite oriental, et de sa femme Gabriela

La famille et la paroisse, une synergie

Un prêtre macédonien de rite byzantin, de l’éparchie de Strumica-Skopje, a donné son témoignage sacerdotale et familial lors de la rencontre du pape François avec le clergé – de rite latin et byzantin – et les consacrés, en Macédonie du Nord, dans la cathédrale du Sacré-Coeur, à Skopje, ce mardi 7 mai 2019, à 17h.

Il a épousé Gabriela Kostova et ils ont quatre enfants Filip (15 ans), Blagoj (13 ans), Luca (9 ans), Ivan (1 an), et ils ont perdu une petite fille peu après sa naissance.

Voici le témoignage du père Kostov et de sa famille, dans notre traduction rapide, de travail.

Père Goce: Saint Père, permettez-moi de me présenter brièvement. Je suis le père Goce Kostov, un prêtre de l’éparchie de Strumica – Skopje, un prêtre de rite byzantin, marié à Gabriela Kostova.

Gabriela: En tant qu’épouse de prêtre, je partage toutes ses joies et ses préoccupations. La vie nous a apporté beaucoup de joies. Dans notre mariage, nous avons quatre garçons: Filip (15 ans), Blagoj (13 ans), Luca (9 ans), Ivan (1 an). Mais il y a eu aussi des moments de tristesse. Nous avons eu une fille qui quatorze jours après le sa naissance est partie auprès du Seigneur et elle est déjà au ciel depuis quatorze ans. Dans ces moments difficiles, par la prière en famille, nous avons eu la grâce de fortifier notre foi dans la grandeur de Seigneur et sa présence. Il nous a donné consolation et espérance lorsque nous en avions le plus besoin. Dans cette situation particulière de grâce, Dieu nous a encore fortifiés et éclairés sur la valeur de la vie, et sur le fait que les enfants sont un grand cadeau de Dieu.

Père Goce: En tant que prêtre, Dieu m’a donné la grâce de pouvoir sentir la paternité du corps, dans ma famille, et en même temps la paternité spirituelle dans ma paroisse. Je fais l’expérience que ces deux choses se complètent mutuellement. Cette tendresse, amour, patience et compassion envers la famille, surtout envers les enfants, porte ses fruits lorsqu’elle se reflète dans la paroisse. L’expérience de la foi des croyants offre parfois des réponses aux questions les plus cachées et aux problèmes qu’une famille doit parfois affronter et pour lesquels nous n’avons pas de solutions concrètes. Et ainsi nous marchons ensemble en nous entraidant à l’autre de grandir dans la foi.

La vie de famille du prêtre est un instrument spécial dans le travail pastoral. Je suis très reconnaissant envers le Seigneur pour ma famille qui m’aide dans le travail pastoral, dans les relations avec les personnes, avec les jeunes, avec des enfants. Sans eux, je serais beaucoup plus pauvre. Grâce à eux, notre maison est ouverte à tous, pour des rencontres, des conversations … La famille du prêtre sait qu’elle est un pont vers le cœur des gens, que le Seigneur ne peut pas toujours toucher. Mais la femme, les enfants, par leur simplicité savent parfois faire mieux que le prêtre.

Père Goce / Gabriela / Filip: Saint Père, nous demandons sa bénédiction pour notre famille, mais également pour toutes les familles, en particulier les plus démunies.

(c) Traduction de Zenit, Anita Bourdin

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel