Faire un don
P. François-Marie Léthel ocd prêche la retraite au Vatican 2011 © Editions Salvator

P. François-Marie Léthel ocd prêche la retraite au Vatican 2011 © Editions Salvator

Un guide sûr pour oser la sainteté, par le p. François-Marie Léthel

«Les saints nous conduisent à Jésus» (Salvator)

Dans son livre d’entretien avec Elisabeth de Beaudoüin – passionnant sur une période passionnante de la vie de l’Eglise  -, « Les saints nous conduisent à Jésus. Entretien sur la vie chrétienne », qui vient de paraître chez Salvator (192 pp. n° 9782706716294, 18 euros), le père François-Marie Léthel donne des clefs précieuses pour la vie spirituelle de tout baptisé. Pour « oser la sainteté », ou la mystique « pour tous », alors que s’est effondré le mur dressé entre intelligence de la foi et vie mystique. Nous en avons publié des bonnes feuilles à l’occasion de l’anniversaire de la renonciation du pape Benoît XVI. Elisabeth de Beaudoüin en dit ici davantage aux lecteurs de ZENIT sur les coulisses de la rédaction.

Zenit – Elisabeth de Baudoüin, qui est le Père François-Marie Léthel ?

Elisabeth de Baudoüin – Le Père Léthel est carme, prêtre et théologien, spécialiste de la théologie des saints, à laquelle sont nom est lié. Il vit depuis près de 40 ans à Rome, où il a plusieurs « casquettes ». Consulteur à la Congrégation pour les causes des saints, il compte parmi la petite soixantaine de personnes, hommes et femmes, qui « font les saints » aujourd’hui dans l’Eglise. Il est aussi professeur à l’Institut pontifical du Teresianum et membre « à vie » de l’Académie pontificale de théologie. Accompagnateur spirituel recherché, il a des enfants spirituels un peu partout dans le monde, où il donne de nombreuses sessions et retraites. Il a prêché celle du pape et des cardinaux pour le carême en 2011, à la demande de Benoît XVI lui-même. J’ajouterai que le Père Léthel est un homme joyeux et lumineux, fidèle en amitié et riche en miséricorde !

Comment ce livre a-t-il vu le jour ?

Il est le fruit d’une longue amitié, née à Rome à une époque où j’y travaillais. Au fil de nos rencontres et de nos échanges, j’ai réalisé que ce « grand ami des saints » possédait un trésor propre à faire du bien aux âmes. J’ai voulu partager ce trésor au-delà du cercle des communautés religieuses où son étiquette de « théologien romain » le cantonnait. L’appel universel à la sainteté, qui lui tient tant à cœur, s’adresse par définition à l’ensemble du peuple de Dieu et même davantage ! Restait à le convaincre… Finalement, ce livre a pu voir le jour.

De quoi parle-t-il ?

De la vie d’un homme, depuis son entrée au carmel, à 19 ans, le 21 septembre 1967, jusqu’à sa cinquantième bougie de vie religieuse (2017). Une vie passionnante, greffée sur celle de l’Eglise, qu’il sert à Rome depuis près de 40 ans. Avec un fil conducteur : celui de la théologie des saints, c’est à dire tout simplement des écrits des saints, « géniaux du point de vue de l’intelligence et brûlants du point de vue du cœur », affirme-t-il.

Un fil conducteur… Que voulez-vous dire ?

Que ces écrits sont d’abord fondateurs de sa vocation. Le père Léthel insiste : Dieu l’a appelé à la vie religieuse à travers les écrits des grands saints du Carmel. Il était alors en classe de terminale, à Paris, et la foi comptait peu pour lui. Mais grâce à la philosophie, il s’est posé des questions et a cherché les réponses chez ces maîtres, dont sa mère possédait les œuvres. La lecture de saint Jean de la Croix, notamment, l’a conduit jusqu’au Carmel. Par la suite, les saints, à travers leurs écrits, sont restés constamment présents, un peu comme la « marque de fabrique » de toute sa vie religieuse et sacerdotale. Ils entrent en scène les uns après les autres dans ce livre, comme ils sont entrés dans sa vie : de façon parfois programmée, souvent inattendue, sur fond d’obéissance aux supérieurs et de confiance en Dieu. Dans la « ronde des saints » (cf. la photo de ce livre), le théologien a ses « chouchous » : le Père de Montfort et Thérèse de Lisieux !

Qu’est-ce qui fait selon vous l’intérêt de ce livre ?

Les souvenirs et les anecdotes dont il « fourmille » – comme Zenit l’a déjà exprimé – sur cinquante années de vie religieuse croisées avec une page cruciale de la vie du monde et de l’Eglise : la période douloureuse de l’après concile Vatican II avec le bienheureux Paul VI, dont le père Léthel dit qu’il fut « l’Etoile de son noviciat », le pontificat de saint Jean Paul II, le « grand pape Montfortain », celui de Benoît XVI, dont il a toute la confiance. Au fil des pages, on rencontre des personnages qui vont compter dans l’Eglise et on apprend une foule de choses sur la vie et l’histoire de Celle-ci. Mais plus encore, ce sont ses réflexions et conseils sur la foi et la vie spirituelle, qui font la valeur de ce livre. A cet égard, il constitue un vrai guide de vie chrétienne. En tout cas, je l’ai reçu comme tel.

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel