Faire un don
Déjeuner avec des Amérindiens d'Amazonie à Puerto Maldonado, Pérou © Vatican Media

Déjeuner avec des Amérindiens d'Amazonie à Puerto Maldonado, Pérou © Vatican Media

Le Synode sur l’Amazonie aura lieu du 6 au 27 octobre 2019

Des peuples de neuf pays sont concernés

Le Synode sur l’Amazonie aura lieu du dimanche 6 au dimanche 27 octobre 2019, annonce le Saint-Siège, ce lundi 26 février 2019. Un rendez-vous annoncé par le pape en octobre 2017.

Le secrétariat général du synode des évêques a annoncé que le pape François avait convoqué à ces dates l’assemblée extraordinaire du synode des évêques pour la région amazonienne sur le thème:  « Amazonie: nouveaux chemins pour l’Eglise et pour une écologie intégrale ».

Le document préparatoire se trouve ici en français.

Le pape François avait annoncé la convocation d’une assemblée spéciale sur l’Amazonie, à l’angélus le dimanche 15 octobre 2017, Place Saint-Pierre, à l’issue de d’une célébration de canonisations.

Le pape évoquait le souhait de certaines conférences épiscopales d’Amérique latine, ainsi que de pasteurs et de fidèles du monde entier, en disant: « L’objectif principal de cette convocation est l’évangélisation de cette partie du peuple de Dieu – en particulier des indigènes – souvent oubliée et sans perspective d’avenir pacifique, également à cause de la crise de la forêt amazonienne, un poumon d’une importance capitale pour notre planète. Que les nouveaux saints intercèdent pour cet événement ecclésial, afin que, dans le respect de la beauté de la création, tous les peuples de la terre louent Dieu, le Seigneur de l’univers, et qu’il éclaire des sentiers de justice et de paix « .

L’annonce du pape est intervenue après la création du REPAM, le Réseau Ecclésial Pan-Amazonien, regroupant les Eglises de neuf pays d’Amérique latine, à la suite de l’encyclique Laudato si’ consacrée au soin de la Création et trois mois après son voyage au Chili et au Pérou (15-22 janvier 2018), au cours duquel le pape a rencontré des représentants des populations autochtones.

Le Repam a regroupe quelque 390 peuples au Brésil, en Bolivie, en Colombie, en Equateur, au Pérou, au Venezuela, au Surinam, en Guyane française et Guyana. Son objectif est de créer une conscience sur le continent sud-américain autour de la sauvegarde de la forêt amazonienne. Il a été inauguré en 2014 et encouragé par le pape.

Le synode rassemblera 102 évêques et des laïcs. Le cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du Synode des évêques a confié à Vatican News (Silvonei Protz) que ce n’est pas un « événement politique », mais « une assemblée ecclésiale qui traite des questions relatives à l’évangélisation et à la présence de l’Église dans le monde ».

Les thèmes du synode

Il souhaite qu’en plus de « la priorité de traiter la question des peuples autochtones », l’assemblée puisse souligner « la co-responsabilité effective des laïcs, qu’un regard particulier soit tourné vers les femmes et que la vie consacrée sur le territoire soit valorisée ».

Il souligne notamment que « de nombreuses questions concernant principalement ce territoire touchent également d’autres régions de la planète »: « Considérons, par exemple, les problèmes écologiques, le bassin du Congo, les forêts tropicales de l’Asie-Pacifique ou le bassin aquifère du Guarani. Pour ces raisons, la dimension régionale et la dimension universelle sont étroitement liées dans ce séminaire, donnant tout d’abord la parole à ceux qui viennent du territoire amazonien et qui le connaissent par expérience directe, et successivement permettant à d’autres voix de s’exprimer pour compléter les perspectives émergentes. »

Il souligne en particulier que « l’inculturation de l’Évangile – c’est-à-dire «l’incarnation» du message chrétien dans les expressions culturelles et spirituelles des peuples – constitue un défi pour toutes les communautés chrétiennes dans un monde en mutation rapide ».

Le « visage amazonien » de l’Eglise

L’Amazonie est aussi un laboratoire important socialement pour d’autres régions du monde: « En ce qui concerne la question autochtone et la cohabitation entre différentes populations, il s’agit de réalités socialement pertinentes qui intéressent tous les besoins du territoire et interrogent de façon croissante les autres régions de la planète. Cette considération fait partie du phénomène mondial des flux migratoires, qui représente actuellement l’une des grandes problématiques pour différents pays du monde. Dans ce contexte, le regard sur l’Amazone peut être un laboratoire prometteur de réflexion ecclésiale et sociale. »

A propos du thème du synode, le cardinal ajoute: « Ouvrir de nouvelles voies pour l’Église signifie favoriser le rôle de la communauté chrétienne, qui a toujours été au service des populations locales dans le travail d’évangélisation et de promotion humaine. Renforcer le «visage amazonien» de l’Église nécessite le renouvellement d’une stratégie d’évangélisation, un nouveau paradigme apostolique qui sache renforcer la présence chrétienne sur le territoire, en ne s’appuyant pas uniquement sur des missionnaires extérieurs. »

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel