Faire un don
Ukon Takayama, Samouraï Japonais mort martyr © Wikimedia Commons

Ukon Takayama, Samouraï Japonais mort martyr © Wikimedia Commons

Japon: béatification du samouraï martyr Takayama Ukon

Le cardinal Amato préside la célébration

Le martyr japonais Takayama Ukon – ou dom Justus Takayama – (1552-1615), seigneur féodal et samouraï, qui a choisi l’exil plutôt que d’abjurer la foi chrétienne, a été béatifié à Osaka, au Japon, ce mardi 7 février 2017, annonce Radio Vatican.

La messe de béatification a été présidée par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints.

« Éduqué à l’honneur et à la loyauté, il fut un authentique guerrier du Christ, a dit le préfet, non pas par les armes dont il était expert, mais par la parole et l’exemple. Sa fidélité au Seigneur Jésus était si fortement enracinée dans son cœur qu’elle l’a conforté dans la persécution, l’exil et l’abandon. Perdre sa situation de privilège et se voir réduit à une vie pauvre ne l’attristèrent pas, mais il resta serein et même joyeux parce qu’il demeurait fidèle aux promesses de son baptême ».

« Il avait saisi le message central de Jésus, qui est la loi de la charité, a poursuivi le cardinal Amato. C’est pourquoi il était miséricordieux avec ses sujets, il aidait les pauvres, il donnait leur subsistance aux samouraïs dans le besoin. Il a fondé la confraternité de la miséricorde. Il rendait visite aux malades, était généreux en aumône, portait avec son père Dario le cercueil des défunts qui n’avaient pas de famille et veillait à les faire ensevelir. Tout cela provoquait l’étonnement et le désir de l’imiter ».

Né en 1552, Justus Takayama Ukon est baptisé à l’âge de 12 ans quand son père Dario se convertit au catholicisme à la suite de la prédication du jésuite saint François Xavier.

Seigneurs féodaux, le père et le fils parviennent à dominer la région de Takatsuki et mènent leur politique en tant que chrétiens avec la fondation de séminaires et la formation de missionnaires et de catéchistes : sur ses territoires, sur une population de 30 mille personnes, environ 25 mille se convertissent sous leur influence.

Lorsque les persécutions des chrétiens commencent en 1587 par l’expulsion des missionnaires, nombreux sont ceux qui rejettent le catholicisme pour sauver leurs vies et leurs biens. Justus Takayama Ukon et son père renoncent aux honneurs en choisissant la pauvreté.

En 1614, quand le christianisme est définitivement interdit, pour ne pas abjurer, Takayama Ukon part en exil aux Philippines avec 300 chrétiens après avoir été persécuté et chassé du Japon. Il meurt de fièvre quarante jours environ après son arrivée.

Avec une traduction de Constance Roques

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel