Faire un don
Journée mondiale pour l'alimentation 2017, FAO © L'Osservatore Romano

Journée mondiale pour l'alimentation 2017, FAO © L'Osservatore Romano

FIDA : au cours de sa visite demain, le pape rencontrera des représentants indigènes

Un discours pour la 42e session du Fonds international pour le développement agricole

A l’occasion de la 42e session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole (FIDA), le pape François sera en visite au siège de la FAO à Rome, le 14 février 2019, de 9h à 11h.

Cet événement avait été annoncé le 27 novembre dernier. Le pape prononcera un discours devant le Conseil des gouverneurs de l’agence des Nations Unies présente dans 181 pays du monde et engagée auprès des populations rurales les plus pauvres ; puis il rencontrera des représentants de populations indigènes, précise une note du Saint-Siège publiée la veille. Il saluera également le personnel du FIDA.

D’après un communiqué de l’agence, la session de deux jours « prévoit des débats participatifs pour discuter des possibilités d’investissement et des innovations techniques à disposition des petits exploitants agricoles et des enjeux de développement auxquels ils sont confrontés ».

Le Fonds international de développement agricole (International Fund for Agricultural Development, IFAD) est une institution spécialisée du système des Nations unies. Il a été fondé en décembre 1977 dans le sillage de la Conférence mondiale de l’alimentation réunie à Rome en 1974.

Le pape François s’est déjà rendu au siège de la Fondation pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, et du Programme alimentaire mondial, le PAM. C’est donc le troisième organisme de l’ONU ayant son siège à Rome qui s’apprête à le recevoir.

« Le FIDA est une agence instituée le 13 décembre 1977 et c’est une institution financière internationale qui a pour objectif de faire grandir la production agricole et alimentaire, en élevant le niveau de vie des bénéficiaires, explique Mgr Fernando Chica Arellano, observateur permanent du Saint-Siège auprès de la Fao, du FIDA et du Pam, à Vatican News. Pour cela, elle finance des programmes de développement destinés – et ceci est très important – aux plus pauvres de la terre, qui sont ceux qui vivent dans les zones rurales : 70 pour cent de la population mondiale, si souvent oubliée et qui a un grand besoin d’aide… Le Saint-Siège suit donc de près ce fonds parce qu’il est convaincu qu’il faut aider les pauvres de la terre. »

Il précise que la rencontre du pape avec des indigènes aura lieu dans le cadre de la IVème Réunion mondiale du Forum des indigènes, convoquée par le FIDA. Un nouveau geste d’attention du pape alors qu’est attendu le Synode pour l’Amazonie en octobre prochain.

Les paroles du pape, assure le représentant, « sont très attendues parce que le dialogue international, la coopération internationale doivent être fortifiés » : « La coopération doit être le mot-clé pour penser au développement. Parler de coopération, c’est parler de solidarité et sans solidarité, il n’y a pas de développement possible. Cela tient beaucoup à cœur au Saint-Père : la solidarité comme moteur du développement. En somme, c’est l’amour social : sans amour, vraiment le monde n’avance pas parce qu’à la fin, ce qui sauvera le monde, c’est l’amour. Pas l’argent, mais l’amour. »

Les zones rurales, s’inquiète encore Mgr Arellano, « se sont beaucoup dépeuplées parce que les jeunes cherchent un avenir et bien souvent ils ne le trouvent pas là où ils vivent ». Pour le Saint-Siège, « il faut investir : investir dans les jeunes, c’est investir dans l’avenir, c’est investir dans la paix. Il faut aussi former les jeunes, leur donner accès aux technologies, à l’informatique ».

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel