Discours aux participants de l'assemblée plénière d'une section du Dicastère pour l'Évangélisation, 15 mars 2024 © Vatican Media

Discours aux participants de l'assemblée plénière d'une section du Dicastère pour l'Évangélisation, 15 mars 2024 © Vatican Media

Sécularisme, miséricorde et espérance

Print Friendly, PDF & Email

Discours aux participants de l’assemblée plénière d’une section du Dicastère pour l’évangélisation

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Le vendredi matin 15 mars dernier, le pape François a reçu en audience les participants à l’assemblée plénière de la section des questions fondamentales pour l’évangélisation dans le monde du Dicastère pour l’Evangélisation. Une fois de plus, pour des raisons de santé, le Pape n’a pas prononcé le discours. Un de ses assistants, Monseigneur Filippo Ciampanelli, l’a fait en son nom. En voici la traduction :

 

Je suis heureux de vous accueillir, supérieurs, membres et consulteurs du Dicastère pour l’Évangélisation – section pour les questions fondamentales dans le monde, réunis en assemblée plénière. Il s’agit d’un moment important pour la discussion des problèmes de l’évangélisation, surtout si l’on considère les diverses régions du monde, si différentes par leur culture et leur tradition.

1. Sécularisme, surmonter la rupture dans la transmission de la foi

 La première réflexion s’adresse à la situation dans laquelle se trouvent de nombreuses églises locales, où le sécularisme des dernières décennies a créé d’énormes difficultés : de la perte du sens d’appartenance à la communauté chrétienne à l’indifférence à l’égard de la foi et de ses contenus. Il s’agit de problèmes graves auxquels de nombreux frères et sœurs sont confrontés chaque jour, mais nous ne devons pas nous décourager. Le sécularisme a été étudié et des avalanches de pages ont été écrites à son sujet. Nous en connaissons les effets négatifs, mais le moment est propice pour comprendre quelle réponse efficace nous sommes appelés à donner aux nouvelles générations pour qu’elles retrouvent le sens de la vie. L’appel à l’autonomie de la personne, qui est l’une des revendications de la laïcité, ne peut être théorisé comme une indépendance par rapport à Dieu, car c’est précisément Dieu qui garantit la liberté de l’action personnelle.

Discours aux participants de l'assemblée plénière d'une section du Dicastère pour l'Évangélisation, 15 mars 2024 © Vatican Media

Quant à la nouvelle culture numérique, qui présente tant d’aspects intéressants pour le progrès de l’humanité – pensons à la médecine et à la sauvegarde de la création – elle apporte également une vision de l’homme qui semble problématique lorsqu’on se réfère au besoin de vérité qui habite chaque personne, ainsi qu’au besoin de liberté dans les relations interpersonnelles et sociales. 

La grande question à laquelle nous sommes confrontés est donc de comprendre comment surmonter la rupture qui s’est produite dans la transmission de la foi. Pour ce faire, il est urgent de retrouver une relation efficace avec les familles et les centres de formation. La foi dans le Christ ressuscité, qui est au cœur de l’évangélisation, exige, pour être transmise, une expérience significative vécue dans la famille et dans la communauté chrétienne d’une rencontre avec Jésus-Christ qui change la vie. Sans cette rencontre réelle et existentielle, on sera toujours soumis à la tentation de faire de la foi une théorie et non un témoignage de vie.

Poursuivant la question prioritaire de la transmission de la foi, je vous remercie pour le service que vous rendez dans le domaine de la catéchèse. Vous le faites également en utilisant le nouveau Directoire, que vous avez élaboré en 2020. Il s’agit d’un instrument valable et efficace, non seulement pour le renouvellement de la méthodologie catéchétique, mais surtout pour l’engagement de toute la communauté chrétienne. Dans cette mission, un rôle spécifique est confié à ceux qui ont reçu et recevront le ministère de catéchistes, pour qu’ils soient renforcés dans leur engagement au service de l’évangélisation. Je souhaite que les évêques sachent nourrir et accompagner les vocations à ce ministère, en particulier parmi les jeunes, afin que le fossé entre les générations se réduise et que la transmission de la foi n’apparaisse pas comme une tâche confiée uniquement aux personnes âgées. À cet égard, je vous encourage à trouver les moyens de faire en sorte que le Catéchisme de l’Église catholique continue à être connu, étudié et apprécié, afin qu’il puisse répondre aux nouveaux besoins qui surgissent au fil des décennies.

2. La spiritualité de la miséricorde

Un deuxième thème que je voudrais partager avec vous est la spiritualité de la miséricorde, en tant que contenu fondamental de l’œuvre d’évangélisation. La miséricorde de Dieu ne manque jamais et nous sommes appelés à en témoigner et à la faire circuler, Discours aux participants de l'assemblée plénière d'une section du Dicastère pour l'Évangélisation, 15 mars 2024 © Vatican Mediapour ainsi dire, dans les veines du corps de l’Église. Dieu est miséricorde : ce message pérenne a été relancé avec une force et une forme renouvelée par saint Jean-Paul II pour l’Église et l’humanité au début du troisième millénaire. La pastorale des sanctuaires, qui relève de votre responsabilité, doit être imprégnée de miséricorde, afin que ceux qui se rendent dans ces lieux puissent y trouver une oasis de paix et de sérénité. Les Missionnaires de la Miséricorde, avec leur service généreux du sacrement de la Réconciliation, offrent un témoignage qui devrait aider tous les prêtres à redécouvrir la grâce et la joie d’être les ministres d’un Dieu qui pardonne toujours et sans limites. Ministres de Dieu qui non seulement attend, mais va à la rencontre, va à la recherche, parce qu’il est un père miséricordieux, et non un maître, un bon pasteur, et non un mercenaire, et qu’il est rempli de joie lorsqu’il  peut accueillir une personne qui revient, ou qu’il la trouve errante dans le désert (Jn 10 ; Lc 15). Lorsque l’évangélisation est réalisée avec l’onction de la miséricorde, le cœur est davantage ouvert à la conversion. On est touché, en effet, dans ce dont nous ressentons le plus le besoin, à savoir l’amour pur et gratuit, source de vie nouvelle.

3. Préparation du Jubilé 2025

Le troisième thème que je souhaite vous proposer est la préparation du Jubilé ordinaire de l’année prochaine. Ce sera un jubilé dans lequel devra émerger la force de l’espérance. Dans quelques semaines, je publierai la Lettre apostolique pour sa convocation officielle : j’espère que ces pages aideront à réfléchir et, surtout, à vivre concrètement l’espérance. Cette vertu théologale a été poétiquement considérée comme la «petite sœur» au milieu des deux autres, la foi et la charité, mais sans elle, ces deux dernières n’avancent pas, ne s’expriment pas au mieux de leurs capacités. Le peuple saint de Dieu en a tellement besoin ! Je suis conscient du grand engagement que le Dicastère consacre quotidiennement à l’organisation du prochain Jubilé. Je vous remercie et je suis sûr que tous ces efforts porteront leurs fruits. L’accueil des pèlerins, cependant, doit se manifester non seulement dans les travaux structurels et culturels nécessaires, mais aussi en leur faisant vivre l’expérience de la foi, de la conversion et du pardon, à la rencontre d’une communauté vivante qui en témoigne avec joie et conviction.

N’oublions pas que cette année qui précède le Jubilé est consacrée à la prière. Nous devons redécouvrir la prière comme une expérience de présence du Seigneur, où nous nous sentons compris, accueillis et aimés par Lui. Comme Jésus nous l’a enseigné, il ne s’agit pas de multiplier les paroles, mais de donner de l’espace au silence pour écouter Sa parole et l’accueillir dans notre vie (Mt 6, 5-9). Commençons, frères et sœurs, à prier plus, à prier mieux, à l’école de Marie et des saints.

Je vous remercie pour votre travail au cours de ces journées et pour votre service envers l’Église. Je vous bénis de tout cœur et je prie pour vous. Et vous aussi, priez pour moi. Je vous remercie.

Share this Entry

Rédaction

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel