L'Osservatore Romano du 2 avril 2021, capture

L'Osservatore Romano du 2 avril 2021, capture

L’Osservatore Romano appelle à «rendre justice aux enfants de la planète»

«170 millions d’enfants exploités dans les mines et les champs»

Share this Entry

Il est « nécessaire » de « rendre justice aux enfants de la planète », aux 170 millions de petits esclaves qui travaillent dans les mines et les champs et sans lesquels « la chaîne d’approvisionnement ne tournerait pas » : L’Osservatore Romano en italien du 2 avril 2021 tire le signal d’alarme en publiant un article sur les enfants exploités ainsi que les textes sur les enfants-soldats et les petits migrants. Alors que le Chemin de Croix du Vendredi Saint justement a été conduit par des enfants…

Le quotidien du Vatican rappelle que les Nations Unies ont fait de 2021 l’année de la lutte contre le travail des enfants afin de guérir « ce fléau mondial ». La résolution de problème doit commencer par la « guérison » de la chaîne d’approvisionnement, « qui n’a pas nécessairement à se nourrir d’exploitation et de travail des enfants pour exister et se développer sans cesse ».

Parmi les 170 millions d’enfants exploités indiqués par la Confédération syndicale mondiale (ITUC), il y a, par exemple, « les petits esclaves du coltan ». 80% de ce minéral utilisé pour fabriquer nos smartphones provient de la République du Congo. Le coltan, qui ne nécessite pas de tunnels profonds, est extrait à la main par des milliers d’enfants, kidnappés pour faire ce travail ou enrôlés « volontairement ». « La chaîne d’approvisionnement commence également à partir d’ici, au prix de quelques centimes en échange de vies humaines jetables », souligne L’Osservatore Romano.

Et il n’y a pas que le coltan: il y a des champs, où 70% des petits esclaves de la planète sont employés pour une industrie agroalimentaire « qui superpose les modèles de profit mondiaux aux besoins des communautés locales ».

Le quotidien du Vatican attire l’attention sur les enfants qui sont séparés de leurs parents, exploités sexuellement, privés d’école. Ils se retrouvent seuls aux frontières « qui s’ouvrent en grand pour les biens dont ils sont les serviteurs ». Ils meurent sur les bateaux de la Méditerranée. Onze millions de filles ont été expulsées de l’école pendant la pandémie et ne reviendront pas et 6 240 petits migrants en quatre ans sont sortis vivants après avoir fait cent kilomètres de marche dans la jungle entre la Colombie et le Panama, dans le « Bouchon du Darien ».

« Rendre justice aux enfants de la planète est donc nécessaire, rationnel, affirme L’Osservatore Romano. Cela pourrait être une garantie de stabilité et de paix. »

Share this Entry

Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel