Le pape bénit un bébé © Vatican Media

Le pape bénit un bébé © Vatican Media

ONU : la vie est «avant tout un bien à aimer», affirme Mgr Gallagher

Print Friendly, PDF & Email

«Redécouvrir le fondement des droits humains»

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

«La vie, avant d’être un droit, est avant tout un bien à aimer et à protéger», affirme Mgr Paul Richard Gallagher, dans un message vidéo aux Nations unies, rapporté par Vatican News ce 23 février 2021.

Dans cette intervention à l’occasion de la 46e session du Conseil des droits de l’homme (UNHRC) ouverte à Genève, en Suisse, le secrétaire pour les relations avec les Etats invitait à «redécouvrir le fondement des droits humains, afin de les mettre en oeuvre de façon authentique».

La dignité humaine «n’est conditionnée ni par l’époque, ni par le lieu, ni par la culture, ni par le contexte», a affirmé l’archevêque, déplorant que les droits humains soient «encore loin d’être reconnus, respectés, protégés et promus en toute situation».

Le représentant du Saint-Siège s’est inquiété des «nouveaux droits qui manquent d’un fondement objectif» et «s’éloignent de leur but de servir la dignité humaine». En revanche, il a salué l’élargissement des droits humains à la lutte contre «la torture, les disparitions forcées et la peine de mort».

«Un certain nombre de personnes se trouvant en situation de vulnérabilité – comme des personnes âgées, des migrants, des réfugiés, des indigènes, des déplacés internes et des enfants – ont été touchées de façon disproportionnée par la crise actuelle», a constaté Mgr Gallagher. Les mesures sanitaires, a-t-il insisté, «doivent être proportionnelles à la situation, appliquées de façon non discriminatoire et utilisées seulement quand il n’y a pas d’autre moyen».

Le secrétaire pour les relations avec les Etats a particulièrement défendu la liberté de religion, qui «protège aussi (…) son expression, aussi bien individuelle que collective, en public ou en privé, sous forme de culte, d’observance et d’enseignement».

Enfin, l’archevêque a appelé à promouvoir le multilatéralisme «comme expression d’un sens renouvelé de responsabilité globale, de solidarité fondée sur la justice et sur la réalisation de la paix et de l’unité au sein de la famille humaine, qui est le plan de Dieu pour le monde».

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel