Messe du 8 juillet 2020 pour les migrants © Vatican Media

Messe du 8 juillet 2020 pour les migrants © Vatican Media

C’est «l’enfer», dénonce le pape François

Print Friendly, PDF & Email

Messe pour l’anniversaire du voyage à Lampedusa

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

«On nous donne la version édulcorée», a déploré le pape François en évoquant «l’enfer» vécu par les migrants dans des camps de torture, ce 8 juillet 2020.

Lors d’une messe dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe pour le 7e anniversaire de sa visite à l’île de Lampedusa (8 juillet 2013) le pape est sorti du texte de son homélie préparée pour raconter un souvenir : «Ce jour-là, il y a 7 ans, sur cette île au Sud de l’Europe, certains m’ont raconté leurs histoires, combien ils avaient souffert pour arriver là. Il y avait des interprètes, et l’un d’eux racontait des choses terribles dans sa langue, et l’interprète semblait bien traduire, mais le premier parlait longuement, et la traduction était courte.»

«Je pensais, a confié le pape, que cette langue avait des formulations plus longue pour s’exprimer». Mais «quand je suis retourné chez moi dans l’après-midi, à la réception il y avait une femme – paix à son âme, elle nous a quittés – qui était fille d’Éthiopiens. Elle comprenait la langue et elle avait regardé la rencontre à la télévision. Et elle m’a dit ceci : ‘Ecoutez, ce que le traducteur éthiopien vous a dit, ce n’est pas le quart des tortures et des souffrances qu’ils ont vécu.'»

«On m’a donné la version édulcorée, a ajouté le pape. C’est ce qui se passe aujourd’hui avec la Libye : on nous donne la version allégée. La guerre, oui, nous savons qu’elle est dure, mais vous n’imaginez pas l’enfer que l’on vit là-bas, dans ces camps de détention. Et ces gens venaient seulement avec l’espérance de traverser la mer.»

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel