Rencontre avec les Indiens d'Amazonie au Pérou © Vatican Media

Rencontre avec les Indiens d'Amazonie au Pérou © Vatican Media

Amazonie : le pape encourage les indigènes à être les "gardiens des forêts"

Print Friendly, PDF & Email

«Vous êtes la mémoire vivante de la mission que Dieu nous a donnée»

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Devant 4000 représentants de peuples amazoniens, ce 19 janvier 2018, au Chili, le pape François a salué les indigènes comme les «gardiens des forêts» : «Vous êtes la mémoire vivante de la mission que Dieu nous a donnée à nous tous: sauvegarder la Maison commune», leur a-t-il déclaré lors de cette première visite de son pontificat en Amazonie.
Au lendemain de son arrivée au Pérou – deuxième étape de son 22e voyage apostolique après le Chili – le pape argentin a quitté la nonciature de la capitale Lima, où il réside, pour se rendre à Puerto Maldonado. Il a été accueilli à l’aéroport international “P. José Aldámiz”, par les autorités civiles et par 150 enfants. Une famille de natifs lui a remis une gerbe de fleurs.
Le pape avait rendez-vous à 10h30 heure locale (16h30 à Rome), au «Coliseo Madre de Dios», où régnait une ambiance de fête, des chants et des danses de la part de diverses tribus amérindiennes en costumes traditionnels bigarés. Après des témoignages de représentants des peuples de l’Amazonie et la lecture d’extraits de l’encyclique Laudato Si’ en langues locales, le pape a prononcé un discours. Une prise de parole d’autant plus attendue qu’un synode des évêques sur l’Amazonie est prévu en octobre 2019.
Le pape a dénoncé les «atteintes à la vie» dans la région : l’exploitation minière illégale, la traite des personnes, la main-d’œuvre esclave ou l’abus sexuel, le néo-extractivisme, la pression des grands intérêts économiques, les déversements d’hydrocarbures… mais il a aussi salué les «initiatives porteuses d’espérance» qui «permettent que les peuples autochtones eux-mêmes ainsi que les communautés soient les gardiens des forêts, et que les ressources produites par la sauvegarde de ces forêts reviennent comme bénéfice à leurs familles».
«Pour certains, vous êtes considérés comme un obstacle ou une ‘‘gêne’’ ; en vérité, a affirmé le pape, par vos vies, vous constituez un cri pour qu’on prenne conscience du mode de vie qui ne parvient pas à limiter ses propres coûts. Vous êtes la mémoire vivante de la mission que Dieu nous a donnée à nous tous: sauvegarder la Maison commune.»
Très applaudi, le pape a plaidé pour «des instances institutionnelles de respect, de reconnaissance et de dialogue avec les peuples natifs, en assumant et en sauvegardant la culture, la langue, les traditions, les droits et la spiritualité qui leur sont propres».
Les cultures amérindiennes ne doivent pas devenir «l’idéal d’un état naturel ni non plus une espèce de musée d’un genre de vie d’antan». «Leur cosmovision, leur sagesse ont beaucoup à nous enseigner, à nous qui n’appartenons pas à leur culture», a insiste-t-il insisté en s’élevant contre les «politiques de reproduction visant la stérilisation».
«Beaucoup ont écrit et parlé de vous. Il est bon qu’à présent vous vous définissiez vous-mêmes et nous montriez votre identité. Nous avons besoin de vous écouter», a-t-il lancé aux Amazoniens.
Au terme de la rencontre, le pape a reçu des présents confectionnés par les autochtones, dont une parure qu’il a revêtue. Puis il s’est rendu à l’“Institut Jorge Basadre” pour rencontrer la population de Puerto Maldonado.

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel