Mme Dalia Grybauskaitė regarde la nano-crèche au microscope @ Présidence de la République de Lituanie

Mme Dalia Grybauskaitė regarde la nano-crèche au microscope @ Présidence de la République de Lituanie

Lituanie: une "nano-crèche" visible au microscope offerte au pape François

Projet de voyage confirmé par la présidente

Share this Entry

La plus petite crèche du Vatican, c’est une « nano-crèche » offerte par la Lituanie au pape François en ce mois de décembre, indique la présidence lituanienne au moment où un voyage du pape, non confirmé par le Vatican, est en préparation, indique la présidente.
Peut-être à l’automne 2018: puisque le pape tiendra le synode pour les jeunes en octobre à Rome (3-28 octobre), ce pourrait être entre septembre ou début octobre, étant donné la météo plus défavorable en novembre.
La présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite, a regardé au microscope, ce vendredi 22 décembre 2017, une réplique de la crèche offerte au pape François, réduite par les étudiants et les chercheurs au 10 000ème et en 3 D, au laser. Une vidéo retrace, en anglais le processus de fabrication.
C’est une prouesse technologique, à taille de cellule du corps humain. Mais au-delà du savoir-fair le message est clair: bien que la Lituanie ne soit pas un grand pays par la taille, elle montre son excellence.
La présidente s’est dite heureuse ce ce don « intéressant et novateur » fait au pape François au moment où « sa visite en Lituanie est attendue l’année prochaine ».
La Lituanie et le message de la miséricorde divine
C’est la porte-parole de la présidente Grybauskaite, Mme Daiva Ulbinaite, qui avait d’abord confié à l’Agence Baltic News, le 23 novembre 2017, qu’une visite du pape était projetée pour l’automne 2018.
La visite correspondrait au 100e anniversaire de l’indépendance des trois républiques baltes, par rapport à la Russie, en 1918. Elles ont été ensuite incorporées à l’Union Soviétique en 1940. Elles ont retrouvé leur indépendance avec un mouvement pacifique remarquable en 1990-1991. Les républiques baltes sont membres de l’Union européenne depuis 2004.
En Lituanie, comme l’a montré la visite de la présidente au Vatican, le message spirituel est celui de la miséricorde divine: Mme Grybauskaite a offert au pape François, en octobre 2015, une réplique du tableau de Jésus miséricordieux, tableau original peint par Eugeniusz Kazimirowski, sur les indications de sainte Faustine Kowalska en 1934, avec la supervision du bienheureux père Michal Sopocko.  Il est aujourd’hui vénéré dans l’église de la Sainte Trinité de la capitale, Vilnius.
Mais on connaît aussi la fameux pèlerinage à la Colline des Croix, haut-lieu de la résistance chrétienne aux invasions et de prière pour la paix, près de Šiauliai, à quelque 210 km au nord-ouest de Vilnius. Le cardinal secrétaire d’Etat, Pietro Parolin, s’y est rendu le 8 mai 2016. Un monastère franciscain y est établi depuis l’an 2000.
Le Premier ministre lituanien Saulius Skvernelis, a pour sa part été reçu en audience par le pape François le  6 octobre 2017, au lendemain de la fête de sainte Faustine.
Selon l’AED-France, la Lituanie compte quelque 3, 3 millions d’habitants, selon des chiffres de 2017, dont plus de 650 000 à Vilnius et plus de 550 000 dans l’ancienne capitale Kaunas.
La population est catholique à 77,3 %, mais elle compte aussi plus de 16, 6 % de chrétiens d’autres confessions chrétiennes  (4% d’orthodoxes russes, Vieux croyants, luthériens, évangéliques réformistes), et non chrétiennes, dont une communauté juive et des Trakai qui appartiennent au mouvement des Karaïtes (un courant du judaïsme attaché à la seule Ecriture sainte) et des Tatars baltiques musulmans.
Le lituanien est la langue maternelle de 85% de la population, mais le russe est la langue de 7% des habitants et la communauté polonaise est aussi importante.
En Lettonie, la préservation de la création
Le président letton Raimonds Vejonis a rendu visite au pape François au Vatican le 2 juin dernier: il avait invité le pape dans son pays.
Il avait mentionné le souvenir de la visite de saint Jean-Paul II dans les Pays Baltes en 1993: un voyage « inoubliable non seulement pour les catholiques, mais pour tous les citoyens lettons ».
Parmi les autres thèmes abordés, l’Europe unie, mais aussi la protection de la création, le président étant écologiste: « Le président et le pape François ont été unanimes sur la nécessité d’une action pour la protection de l’environnement et la prévention des changements climatiques. »
L’un de ses proches, Janis Siknsnis, a évoqué le projet de voyage du pape le 23 novembre. Le pape pourrait se rendre au sanctuaire marial d’Aglona, dédié à Notre Dame de l’Assomption et centre de la catholicité du pays.
Selon l’AED-France, la Lettonie compte 2,2 millions d’habitants, dont 69% des chrétiens (22, 2 % de catholiques, 19,7 % de luthériens et 15, 3 % d’orthodoxes), des juifs et des musulmans, mais  25% d’agnostiques et un certain pourcentage de personnes qui se déclarent athées.
« La Lettonie est un modèle d’entente entre les chrétiens » disait, en 2015, Mgr Zbignevs Stankevics, archevêque de Riga.
C’est le 18 novembre 1918, la Lettonie, constituée par le regroupement de la Courlande, du sud de la Livonie et de la Latgale proclama son indépendance. Les célébrations de l’indépendance de la Lettonie s’étendront sur cinq ans, de 2017 à 2021.
En Estonie, oecuménisme
L’administrateur apostolique de Tallinn, en Estonie, Mgr Philippe Jourdan, 57 ans, un Français, a pour sa part déjà écrit aux catholiques du pays – son diocèse est l’unique diocèse catholique estonien -: « La fin de l’année nous a apporté une nouvelle très joyeuse – un vrai cadeau de Noël. (…). Nous avons appris que François rendra visite l’année prochaine. »
Le pays compte environ un million et demi d’habitants, dont 33 % originaires de Russie et d’Ukraine. Ils sont majoritairement luthériens. Mais l’Estonie est aussi une « terre mariale », selon un décret du pape Innocent II, datant de 1215.
Mgr Jourdan dit avoir adressé une invitation au pape François conjointement avec les luthériens d’Estonie.
Il cite l’adage de saint Ambroise: « Ubi Petrus, ibi Ecclesia » (où Pierre est là, il y a aussi l’église). Et souhaite que les catholiques se préparent avant tout par la prière.
Il espère que « beaucoup d’Estoniens pourront rencontrer le pape François », et il voit dans cette nouvelle un joyeux message pour Noël.
Selon l’AED-France, sur 1, 3 million d’habitants, l’Estonie compte 53% de personnes qui se déclarent « sans religion », et 22, 7% « sans religion connue », un petit pourcentage de baptistes, catholiques, congrégations chrétiennes libres, pentecôtistes, 13,7 % d’orthodoxes, et 8,4 % de luthériens.

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel