Voeux du pape à la curie © L'Osservatore Romano

Voeux du pape à la curie © L'Osservatore Romano

Curie romaine : le pape exhorte à dépasser la logique du complot, les petits cercles, l'ambition, la gloriole

Print Friendly, PDF & Email

Aux vœux de Noël, il loue la patience de l’Eglise, invitant à la conversion

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Le pape François a exhorté les membres de la curie romaine à dépasser la logique du complot, des «petits cercles», de l’ambition, lors du traditionnel échange de vœux qui a eu lieu ce 21 décembre 2017, quelques jours avant Noël, au Vatican.
Dans son long discours qui a traité des relations de la curie avec le monde extérieur – les nations, les Eglises particulières, les Eglises orientales, le judaïsme, l’islam et les religions – le pape a recommandé aux membres de la curie «une attitude de service», «diaconale» : il s’agit d»être en «communion d’obéissance filiale» avec le pape «pour le service du saint peuple de Dieu».
Cette attitude, a-t-il ajouté, aidera à «dépasser cette logique déséquilibrée et dégénérée des complots ou des petits cercles qui en réalité représentent – malgré toutes leurs justifications et leurs bonnes intentions – un cancer qui conduit à l’auto-référentialité, qui s’infiltre aussi dans les organismes ecclésiastiques en tant que tels et en particulier chez les personnes qui y sont à l’oeuvre».
Et le pape de mettre en garde : «Quand cela arrive, on perd la joie de l’Evangile, la joie de communiquer le Christ et d’être en communion avec Lui; on perd la générosité de notre consécration.»
Le pape François a également dénoncé «un autre danger» : celui de trahir la confiance en profitant de la maternité de l’Eglise. Ce sont, a-t-il expliqué, «les personnes qui sont soigneusement sélectionnées pour donner plus de vigueur au corps et à la réforme mais – ne comprenant pas la hauteur de leur responsabilité – se laissent corrompre par l’ambition ou par la gloriole et qui, quand elles sont délicatement éloignées, s’auto-déclarent martyrs à tort du système, du “Pape non informé”, de la “vieille garde”…, au lieu de faire leur “mea culpa”».
Certains de ces ambitieux, a-t-il indiqué sans ambages, «œuvrent encore dans la Curie», et du temps leur est donné «pour reprendre le juste chemin, dans l’espérance qu’ils trouvent dans la patience de l’Eglise une opportunité pour se convertir et non pas en profiter».
Mais le pape François a aussi rendu un hommage appuyé à «la très grande majorité» des «personnes fidèles qui travaillent [dans la curie] avec un engagement louable, fidélité, compétence, dévouement et aussi… tant de sainteté».
«Que ce Noël, a-t-il souhaité, nous ouvre les yeux pour abandonner le superflu, le faux, le malicieux et le feint, pour voir l’essentiel, le vrai, le bon et l’authentique.»

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel