Le Saint-Siège promeut l'approche salésienne de l'éducation

Print Friendly, PDF & Email

Eduquer avec amour, par Mgr Auza

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Le Saint-Siège promeut « l’approche salésienne de l’éducation », fondée sur la « méthode préventive » de Don Bosco : « éduquer avec amour et développer une bonne estime de soi chez les jeunes par l’activité créatrice ».

Mgr Bernadito Auza, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations-Unies à New York, a plaidé pour cette approche, au cours d’une conférence organisée à l’ONU le 5 mars 2015, en l’honneur du bicentenaire de la naissance de Don Bosco.

Les besoins des marges de la société

Cet événement – intitulé « Répondre aux besoins des jeunes et de ceux qui vivent dans la pauvreté : une réponse salésienne à plusieurs dimensions » – était l’occasion pour l’ONU de bénéficier « de l’expérience des organisations qui travaillent sur le terrain », a estimé Mgr Auza.

En effet, « les objectifs du développement durable ne peuvent être atteints que s’ils sont centrés sur la population », a-t-il souligné : il faut donc « s’assurer que les besoins et les aspirations des individus et des groupes en marge de la société ne soient pas oubliés ou, pire, intentionnellement ignorés ».

Citant le président de la Banque mondiale, M. Jim Yong Kim, l’archevêque a affirmé que « le travail des organisations confessionnelles sur le terrain est fondamental pour la réduction de l’extrême pauvreté » : « actuellement 14,5% de la population mondiale est extrêmement pauvre, et en supposant une forte croissance économique, ce nombre pourrait être réduit à 7% d’ici 2030. Avec la collaboration des organisations confessionnelles, cependant, il pourrait atteindre seulement 3% » à la même date.

Il s’agit pour cela de « recueillir les meilleures pratiques de particuliers et d’organisations motivés par leur foi religieuse », et qui ont été à l’origine de nombreuses « réalisations pour sortir les personnes de la pauvreté et d’autres situations de marginalisation ».

L’approche salésienne de l’éducation

« L’éducation est un droit fondamental, un indispensable catalyseur du développement durable et de la mobilité socio-économique, en particulier pour ceux qui vivent dans la pauvreté et le besoin », a-t-il ajouté.

Les salésiens peuvent apporter leur éclairage en ce domaine : « Près de deux siècles d’éducation dans l’esprit de saint Jean Bosco ont démontré que l’éducation des jeunes laissés en marge du progrès économique était une contribution valable et pérenne pour sortir les personnes de la pauvreté extrême, pour préserver les jeunes défavorisés d’une vie de criminalité, et pour rendre les hommes et les femmes responsables dans la société. »

Mgr Auza a présenté les conférenciers de la rencontre, parmi lesquels le cardinal salésien Oscar Andrés Rodriguez Maradiaga et le P. Juan de la Cruz Ribadeneira : ils « parleront de l’approche salésienne de l’éducation et la formation humaine », qui continue « d’inspirer les efforts des salésiens dans plus de 130 pays aujourd’hui », a-t-il rapporté.

Ils décriront notamment « la «méthode préventive» de Don Bosco… et le secret de sa réussite, à savoir éduquer avec amour et développer une bonne estime de soi chez les jeunes par l’activité créatrice ».

« Don Bosco a laissé ce joyau de sagesse à ses disciples: «Laissez aux garçons la pleine liberté de sauter, courir et faire autant de bruit qu’il leur plaît. Le sport, la musique, le théâtre et les sorties sont les moyens les plus efficaces d’obtenir la discipline et de bénéficier de la santé spirituelle et corporelle» » : des principes qui « sont bons à entendre encore aujourd’hui ! », a conclu Mgr Auza.

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel