Confort? Danger! Le pape François tire le signal d'alarme

Print Friendly, PDF & Email

Tweet du 12 mars 2015

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Le “confort”, le fait de se “sentir à l’aise” peut jouer des tours, avertit le pape François, en maître spirituel qui sait secouer la torpeur des baptisés.

Le tweet que le pape a posté sur son compte @Pontifex-fr, ce jeudi 12 mars offre aux baptisés un clignotant à mi-chemin du carême quant au service des autres.

Il écrit: “Attention à notre confort ! Quand  nous nous sentons bien à l’aise, nous oublions facilement les autres.”

Plusieurs fois déjà, le pape a tiré la même sonnette d’alarme, face à ce qu’il appelle la « culture du confort et du provisoire ».

En août 2013, plus explicite encore, le pape parlait de «tentation du confort» dans un message aux Argentins pour le IVe Congrès national missionnaire argentin: « Que l’Esprit-Saint vous donne force et courage pour agir sans peur… et qu’il vous libère de la tentation du confort ».

Mais il ne s’agit pas seulement de confort matériel. Dans une homélie du 18 novembre 2014, il commentait un passage de l’Apocalypse de saint Jean, en désignant le «péché» de «confort spirituel»: les chrétiens de Laodicée vivaient dans la « spiritualité du confort », ils ne voulaient pas être « dérangés ». Ils pensaient « ne manquer de rien » mais « cet état d’âme est un état de péché », a affirmé le pape : « le confort spirituel est un état de péché ».

Un message dont s’est fait l’écho le cardinal italien Angelo Bagnasco lors des 2èmes Journées catholiques sociales pour l’Europe, le 22 septembre 2014. Le cardinal Bagnasco, président de la Conférence des évêques italiens (CEI) et vice-président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE), a affirmé que l’Église pouvait « faire face » aux défis actuels, si les chrétiens, « mus par leur foi, sortaient de leur confort pour aller à la rencontre de leur frère et de leur sœur, où qu’ils soient ». Pour le cardinal Bagnasco, leur action « suscitera une Europe plus fraternelle et solidaire, qui place la personne humaine au coeur de son projet ».

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel