Les chrétiens appelés à se "décentrer" et à s'ouvrir aux autres

Print Friendly, PDF & Email

Le pape rencontre des membres de Communion et Libération

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Le pape François appelle à nouveau les chrétiens à se « décentrer » : « Il n’y a qu’un centre, c’est Jésus-Christ », rappelle-t-il en encourageant à quitter « l’autoréférence » pour « écouter celui qui n’est pas comme [soi], en apprenant de tous, avec une humilité sincère ».

Le pape a rencontré plus de 80.000 membres de Communion et Libération (CL), à l’occasion du soixantième anniversaire de la naissance du mouvement et du dixième anniversaire de la mort du fondateur, Mgr Luigi Giussani (1922-2005), samedi dernier, 7 mars 2015, en fin de matinée, place Saint-Pierre.

Actuellement présent dans environ quatre-vingts pays sur tous les continents, CL propose un engagement éducatif pour « démontrer la pertinence de la foi face aux exigences de la vie », notamment grâce à une catéchèse hebdomadaire appelée « École de communauté ».

Manifester la miséricorde de Dieu

Après les salutations du président de la Fraternité de CL, le P. Julián Carrón, le pape a invité les participants à vivre « une étreinte de miséricorde » avec Dieu : « Seul celui qui est caressé par la tendresse de la miséricorde connaît vraiment le Seigneur. Le lieu privilégié de la rencontre est la caresse de la miséricorde de Jésus-Christ à l’égard de mon péché. »

« La morale chrétienne n’est pas l’effort titanique, volontariste, de celui qui décide d’être cohérent et qui y parvient, une sorte de défi solitaire face au monde… La morale chrétienne est la réponse émue face à une miséricorde qui surprend, imprévisible, carrément «injuste» selon les critères humains, de Quelqu’un qui me connaît, qui connaît mes trahisons et qui m’aime quand même, … espère en moi, compte sur moi », a-t-il ajouté : « Et la voie de l’Église est de laisser se manifester la grande miséricorde de Dieu. »

Il n’y a qu’un centre, Jésus-Christ

Le pape a aussi exhorté à « décentrer » les charismes : « Il n’y a qu’un centre, c’est Jésus-Christ ! Quand je mets au centre ma méthode spirituelle, mon cheminement spirituel, ma façon de le vivre, je quitte la route », a-t-il mis en garde

En outre, a-t-il précisé, « la fidélité au charisme ne veut pas dire «le pétrifier»… l’écrire sur un parchemin et l’encadrer… la fidélité à la tradition signifie alimenter le feu et non adorer les cendres ». Il s’agit donc d’être « libres » et de ne pas devenir « guides de musée ou adorateurs de cendres ».

Enfin, le pape a invité à « rejeter «l’autoréférence» sous toutes ses formes », qui conduit à une « spiritualité d’étiquette » : les chrétiens doivent au contraire « savoir écouter celui qui n’est pas comme [eux], en apprenant de tous, avec une humilité sincère ».

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel