Une petite « révolution diplomatique »

Print Friendly, PDF & Email

Rationalisation du travail de la curie

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, jeudi 15 décembre 2011 (ZENIT.org) – C’est une petite « révolution diplomatique » qui a été annoncée et opérée ce jeudi au Vatican, à la faveur de l’audience aux 11 ambassadeurs près le Saint-Siège, titre Radio Vatican.

De fait, lorsque le pape reçoit 11 ambassadeur, habituellement les journalistes – pas seulement les ambassadeurs – reçoivent 12 messages du pape : un message remis à chaque pays – dans leurs langues officielles – et un message commun.

Or, ce matin, seul un discours commun a été publié : les messages pour chaque pays sont supprimés. C’était une habitude instituée par Paul VI. Chaque ambassadeur remettait aussi un discours au pape.

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège a explique cette rationalisation du travail de la secrétairerie d’Etat.

Le P. Federico Lombardi a précisé que lors des cérémonies de présentation de leurs lettres de créance, les nouveaux ambassadeurs ne remettraient plus de discours au pape, ni le pape à chaque nouvel ambassadeur.

Il précise auss qu’il ne s’agit pas « d’épargner de la fatigue au Pape », mais bien « aux bureaux de la Secrétairerie d’Etat, mis à rude épreuve ».

Au temps de Paul VI en effet,  le nombre des ambassadeurs accrédités près le Saint-Siège étaient d’environ 90, mais pratiquement le double aujourd’hui.

La réforme s’appliquera aussi aux ambassadeurs résidents, mais le pape leur consacrera « plus de temps », a ajouté le P. Lombardi, lor de ces audiences non pas « collectives » mais « privées ».

De plus, cette réforme de la cérémonie de présentation des lettres de créance a été introduite « par souci de simplicité et d’uniformité avec les usages diplomatiques en cours », a fait observer le P. Lombardi.

Il a rappelé que le pape a « beaucoup d’autres occasions de manifester sa proximité et sa sollicitude avec les peuples », que ce soit par des « messages spécifiques » en des « occasions spéciales » ou « des circonstances particulièrement importantes ».

Il a fait remarquer que « chaque année, un message est envoyé lors de la fête nationale de chaque pays, ou à l’occasion des grands anniversaires ou d’évènements douloureux pour la population de tel ou tel pays ».

ASB

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel