Canada : Travailler pour « réduire la déchirure entre Evangile et culture »

Nouveau groupe d’évêques, ad limina

Share this Entry

ROME, Lundi 22 mai 2006 (ZENIT.org) – Benoît XVI encourage les évêques du Canada à travailler pour « réduire la déchirure entre Evangile et culture ».

Benoît XVI a en effet reçu samedi dernier, 20 mai, en audience au Vatican le deuxième groupe des évêques canadiens en visite ad limina, les évêques anglophones de la façade atlantique du pays.

Le pape identifiait d’emblée la « sécularisation » dont souffre la société canadienne, avec « un des symptômes les plus dramatiques de cette mentalité » : « la chute du taux de natalité ».

Il soulignait que certaines régions souffrent du « déclin économique », accompagné du « chômage » et de « l’immigration non voulue ».

Et il faisait observer que « le gouvernement ecclésial produit de nombreux fruits quand, préoccupé par le bien commun, il cherche généreusement à aider les autorités civiles dans leur tâche de régénération » de la société.

« Les défis sont énormes », constatait Benoît XVI, et la situation est aggravée par « l’âge avancé du clergé » et « l’isolement de nombreuses communautés ».

Le pape recommandait l’importance des « programmes de catéchèse et d’éducation religieuse », invitant les évêques à veiller à ce que « l’étroite relation entre le magistère de l’Eglise, la foi individuelle et le témoignage dans la vie publique soit préservé et encouragé ».

Ce n’est qu’ainsi, affirmait le pape que pourra être réduite « la déchirure entre Evangile et culture ».

Pour cela, le pape insistait sur le rôle des « catéchistes » et les « défis de la catéchèse » en disant : « Enseigner la foi ne peut être réduit à une simple transmission de choses ou de mots ou même à un ensemble de vérités abstraites » car « la tradition de l’Eglise est vivante! ».

A propos des catéchistes, il ajoutait : « Leur exemple de témoins chrétiens auprès des plus jeunes renforcera leur foi tout en apportant aux autres la joie qui jaillit de l’esprit et du sens de la vie que révèle le Seigneur ».

Il invitait à un « renouveau spirituel » et à une « promotion pastorale de la sainteté », grâce à quatre éléments : « une pédagogie authentique de la prière », « une introduction à la vie des saints et aux nombreuses formes de spiritualité qui embellissent et stimulent la vie de l’Eglise », « une participation régulière au sacrement de la réconciliation », et « une catéchèse convaincante sur le dimanche comme jour de la foi ».

Enfin, à propos de ce que le pape appelle une « culture de la vocation », il disait : « Vos rapports quinquennaux attestent de l’admiration que vous avez pour vos prêtres qui travaillent très généreusement pour la mission de l’Eglise et pour le bien de ceux qu’ils servent. Je prie pour que leur conversion quotidienne et leur libre don d’amour réveillent chez les jeunes hommes le désir de répondre à l’appel de Dieu pour l’humble ministère sacerdotal dans son Eglise ».

Quant aux religieux, le pape se réjouissait du « témoignage fondamental qu’ils offrent s’en remettant sans réserve entre les mains du Christ et de l’Eglise », ce qui constitue « une proclamation forte et claire de la présence de Dieu de manière compréhensible à nos contemporains ».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel