Faire un don
Profession religieuse de cinq soeur "Misisonnaires d'Egypte", 16 août 2016, couroisie de Francescanedegitto.og

Profession religieuse de cinq soeur "Misisonnaires d'Egypte", 16 août 2016, couroisie de Francescanedegitto.og

Vie consacrée: « l’importance de la vie fraternelle »

Mgr Carballo explique le motu proprio Communis Vita du pape

« Pour la vie religieuse, la vie fraternelle en communauté n’est pas une option, elle doit donc être protégée », a déclaré Mgr José Rodríguez Carballo, secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, à l’occasion de l’entrée en vigueur du motu proprio du pape François intitulé Communis Vita, le 10 avril 2019, indique Vatican News.

Le document répond à un besoin précis constaté par la Congrégation : à savoir encadrer et résoudre les situations d’absence illégitime et prolongée d’un religieux de son institut, avec une référence particulière à ceux qui ne peuvent être retrouvés.

Cette lettre est un « grand cadeau pour la vie consacrée », estime Mgr Carballo, car elle souligne « l’importance de la vie fraternelle dans la communauté » et est en même temps est « un appel à la responsabilité de l’individu et de ses supérieurs ». « L’amour de la vie consacrée impose … de prendre les mesures appropriées », ajoute le secrétaire.

La vie fraternelle en communauté, explique Mgr Carballo, peut être affaiblie par « l’absence dont parle le motu proprio… une absence illégitime, donc contre la volonté ou à l’insu de la hiérarchie ». Si « ces religieux ne sont pas disponibles et qu’un processus normal pour leur renvoi ne peut être fait », alors, « compte tenu d’une absence illégitime, qui dure plus de 12 mois, et de leur indisponibilité, le supérieur majeur est appelé à exercer sa responsabilité en faisant une déclaration de renvoi de l’Institut ».

Le secrétaire rappelle que – « pour que ce licenciement soit effectif et donc réel » – une déclaration doit « être confirmée par le siège apostolique, concrètement par notre Congrégation ».

Il souligne aussi « un autre phénomène conséquent : un prêtre religieux, illégitimement absent et indisponible, ne peut pas rester prêtre lorsqu’il quitte le statut religieux ».

C’est pourquoi, explique-t-il, une déclaration de renvoi signée par le supérieur est aussi envoyée, avant qu’elle soit confirmée par la Congrégation du clergé. « Si, à ce moment-là, il est constaté que le prêtre religieux n’a pas trouvé d’évêque bienveillant et n’a pas été incardiné par lui, il perdra également le statut clérical. »

Les cas de religieux absents et non trouvables « ne sont pas des chiffres extraordinaires, mais il est important de mettre de l’ordre dans ce domaine ». Si « un religieux absent illégitimement » pendant des années, commet « un crime, par exemple un abus sexuel, tout tomberait sur l’Institut », explique Mgr Carballo : « Donc c’était nécessaire. »

Selon les paroles du secrétaire, « tous les supérieurs majeurs » avec lesquels il a échangé « sont très heureux » que ce document soit publié. « Les évêques auxquels j’ai parlé sont positifs, poursuit-il, et je peux dire que certains de ceux qui étaient absents ont donné des signes de vie soit pour demander une dispense des vœux, soit pour retourner à l’institut religieux ou pour obtenir un permis légitime. »

« Une personne qui a fait une profession religieuse, conclut-il, ne peut pas se comporter et vivre en marge de la vie fraternelle de la communauté. Et c’est aussi un appel à la responsabilité des supérieurs, qui ne peuvent désormais plus oublier ces situations. »

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel