Pas d’autre voie que celle de la solidarité, catéchèse en français

« Les formes de nudité sont nombreuses »

Audience du 26 oct. 2016, capture CTV

Audience du 26 oct. 2016, capture CTV

« «Habiller celui qui est nu », cela signifie aussi redonner sa dignité à celui qui l’a perdue. Les formes de nudité sont nombreuses », a fait observer le pape François qui a commenté le chapitre 25 de l’Evangile de saint Matthieu, dans le cadre de ses catéchèses sur les oeuvres de miséricorde, ce mercredi 26 octobre 2016, place Saint-Pierre.

Pas d’autre voie que celle de la solidarité, a déclaré le pape: « Aujourd’hui, la crise économique favorise les fermetures et les refus d’accueillir. L’unique voie est pourtant celle de la solidarité. »

« L’engagement des chrétiens dans ce domaine est urgent, a insité le pape. Tous nous sommes appelés à accueillir les frères et les sœurs qui fuient la guerre, la faim, la violence et des conditions de vie inhumaines. »

Le pape a fait observer que considérer le phénomène migratoire comme une nouveauté c’est manquer de mémoire de l’histoire de l’humanité.

Le pape est en effet parti des leçons de la Bible et de l’histoire: « Aujourd’hui nous nous arrêtons sur la parole de Jésus: « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ; j’étais nu et vous m’avez habillé » (Mt25, 35-36). La Bible nous offre de nombreux exemples de migrations. Elles appartiennent à l’histoire de l’humanité. La Sainte-Famille elle-même a dû émigrer pour échapper à la menace d’Hérode. Au cours des siècles il y a eu de nombreuses attitudes de solidarité; mais les tensions sociales n’ont pas manqué. »

Il a indiqué aux chrétiens « l’urgence » d’un engagement: « Aujourd’hui, la crise économique favorise les fermetures et les refus d’accueillir. L’unique voie est pourtant celle de la solidarité. L’engagement des chrétiens dans ce domaine est urgent. Tous nous sommes appelés à accueillir les frères et les sœurs qui fuient la guerre, la faim, la violence et des conditions de vie inhumaines. »

Il a invité à être « prêt à agir », au sens évangélique: « «Habiller celui qui est nu », cela signifie aussi redonner sa dignité à celui qui l’a perdue. Les formes de nudité sont nombreuses, ainsi l’usage du corps humain comme marchandise, les discriminations, le manque de travail ou de logement. Nous sommes appelés à y être attentifs et prêts à agir. »

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!