Faire un don
Mgr Bernardito Auza @ Holy See Mission

Mgr Bernardito Auza @ Holy See Mission

ONU : Mgr Auza salue le rôle des femmes dans le maintien de la paix

Et rend hommage aux soldats de la paix morts au cours de leur mission

Le Saint-Siège « souligne l’importance de la pleine participation des femmes en tant qu’agents actifs dans la paix et la sécurité et reconnaît la contribution louable des femmes des missions de maintien de la paix de l’ONU dans diverses parties du monde », déclare Mgr Auza.
Mgr Bernardito Auza, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège, est intervenu à la quatrième Commission de la soixante-douzième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, sur le point 55 de l’ordre du jour : Examen global de toute la question des opérations de maintien de la paix sous tous leurs aspects, à New York, le 30 octobre 2017.
« La sûreté et la sécurité du personnel des Nations Unies doivent être considérées comme hautement prioritaires » affirme encore le représentant du Saint-Siège qui rend « un hommage particulier aux soldats de la paix qui ont fait le sacrifice ultime au nom de la paix ».
Voici notre traduction du discours prononcé en anglais par Mgr Auza.
HG

Monsieur le Président,
Le Saint-Siège croit au rôle central des Nations Unies dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales. Les opérations de maintien de la paix de l’ONU sont un instrument indispensable et ont beaucoup contribué à la résolution de nombreux conflits armés au sein des États et entre eux. Cet examen approfondi des opérations de maintien de la paix dans leurs divers aspects est très opportun car l’ONU fait face à de nombreuses difficultés dans ses opérations de maintien de la paix et de nouvelles politiques sont mises en œuvre pour garantir que ces opérations reflètent les idéaux et principes de cette Organisation.
Le Saint-Siège continue de mettre fortement l’accent sur la protection des civils, car c’est l’une des dimensions cruciales du maintien de la paix. La protection de la population civile devrait être l’un des éléments centraux des mandats de maintien de la paix et elle est souvent décisive pour le succès et la légitimité des opérations de maintien de la paix de l’ONU. En ce qui concerne la protection des civils pendant les conflits armés, la stratégie préventive de la maîtrise des armements est un moyen sûr de le faire. Le Saint-Siège renouvelle son appel aux producteurs d’armes et aux États à limiter strictement la fabrication, la vente et le don d’armes épouvantables qui serviront plus tard à terroriser les populations civiles ou à détruire les infrastructures civiles.
Le Saint-Siège reconnaît le rôle vital que les femmes peuvent jouer dans la prévention de la guerre par la médiation et la diplomatie préventive, la réconciliation, la réhabilitation et la reconstruction des sociétés dans les situations d’après-guerre et la prévention des rechutes. Ma délégation souligne l’importance de la pleine participation des femmes en tant qu’agents actifs dans la paix et la sécurité et reconnaît la contribution louable des femmes des missions de maintien de la paix de l’ONU dans diverses parties du monde.
Ma délégation prend bonne note des nouvelles politiques mises en place pour renforcer les règles qui régissent la conduite et la discipline du personnel. L’ONU doit continuer à veiller à ce que la prévention des sévices sexuels à l’égard des femmes et des enfants soit pleinement intégrée dans la planification des opérations de maintien de la paix.
Bien que la fin d’une mission de maintien de la paix soit souvent considérée comme un signe de « mission accomplie », certaines situations de paix et de stabilité après les conflits demeurent trop fragiles pour que les autorités nationales puissent gouverner. Ma délégation espère que de telles situations seront toujours soigneusement évaluées et prises en compte au moment de décider de mettre fin aux missions de maintien de la paix.
Monsieur le Président,
Les Nations Unies reposent sur le partenariat et, par conséquent, les consultations entre le Conseil de sécurité, le Secrétariat, les pays fournisseurs de contingents, les organismes régionaux et les pays hôtes restent essentielles au succès de la mise en œuvre du mandat. Cette relation devrait être encore renforcée par des interactions régulières et sincères, qui favorisent la confiance, établissent un consensus dans le processus décisionnel et aboutissent à des opérations de maintien de la paix bien préparées, bien organisées et pleinement soutenues. Nous devons nous unir et travailler ensemble, comme l’exige la Charte des Nations Unies, pour épargner à nos frères et sœurs et aux générations futures les fléaux de la guerre et des conflits armés.
Compte tenu de l’aggravation de la situation de sécurité qui prévaut dans de nombreuses missions sur le terrain, la sûreté et la sécurité du personnel des Nations Unies doivent être considérées comme hautement prioritaires. Ma délégation partage la profonde préoccupation qui découle du fait que les attaques contre le personnel des Nations Unies deviennent de plus en plus fréquentes. Il est nécessaire de poursuivre les efforts de sensibilisation au rôle des soldats de la paix dans la prévention et la résolution des conflits, ainsi que dans les premières phases de la consolidation de la paix après les conflits. L’ONU doit veiller à ce que les soldats de la paix reçoivent une formation spécifique pour leur mission et soient adéquatement équipés pour se protéger des agresseurs. Les auteurs d’attaques contre les forces de maintien de la paix de l’ONU doivent être traduits en justice conformément aux dispositions du droit international humanitaire.
En conclusion, le Saint-Siège rend un hommage particulier aux soldats de la paix qui ont fait le sacrifice ultime au nom de la paix.
Merci, Monsieur le Président.
© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel