Faire un don
Rencontre avec un pèlerinage oecuménique de luthériens © L'Osservatore Romano

Rencontre avec un pèlerinage oecuménique de luthériens © L'Osservatore Romano

Le chrétien qui ferme sa porte aux réfugiés est un « hypocrite »

Le pape dialogue avec des jeunes luthériens

Le chrétien qui ferme sa porte aux réfugiés ou à ceux qui ont besoin d’aide est un « hypocrite », a affirmé le pape François le 13 octobre 2016. Devant un millier de participants à un pèlerinage luthérien œcuménique, le pape a encouragé à « donner le témoignage de (sa) vie chrétienne » sans prosélytisme, vrai « poison » de l’œcuménisme.

Après un bref discours, dans la salle Paul VI du Vatican, le pape a répondu spontanément à cinq questions de jeunes. Ecoutant en allemand sans interprète, il s’exprimait en italien pour répondre, traduit au fur et à mesure. Le pape a décrit trois traits de la « carte d’identité » des chrétiens : « choisis, pardonnés, en chemin ».

« On peut choisir son appartenance à une équipe de foot, mais suivre le Christ, c’est une grâce reçue du Père », a-t-il notamment expliqué. En outre, le chrétien ne se justifie pas lui-même mais est justifié « par le sang du Christ ». Enfin, « on ne peut comprendre un chrétien immobile, non, le chrétien doit être toujours en chemin ! »

Que dire pour convaincre de sa foi ceux qui ne croient pas ?, a demandé un jeune. « ‘Dire’ est la dernière chose que tu dois faire, a répondu le pape, tu dois vivre comme chrétien ». Il s’agit de « donner le témoignage de (sa) vie chrétienne » et les autres se demanderont « Pourquoi vit-il comme cela ? ». Et le pape de mettre en garde : « le prosélytisme est le poison le plus fort contre le chemin œcuménique ».

Répondant à une question sur les réformes, l’évêque de Rome a assuré que l’Eglise devait « toujours progresser, mûrir, se réformer » : « Le fait de réformer est un fait ecclésial ». Pour le pape, « les plus grands réformateurs de l’Eglise sont les saints, les hommes et femmes qui suivent la parole de Dieu et la pratiquent ». Ils ne sont peut-être pas « théologiens » mais ils sont « humbles » et « ce sont eux qui réforment l’Eglise ».

Qu’appréciez-vous et que n’appréciez-vous pas dans l’Eglise luthérienne?, a demandé un autre jeune : « J’apprécie beaucoup les bons luthériens, qui suivent vraiment la foi de Jésus Christ », a rétorqué le pape François. « En revanche je n’aime pas les catholiques et les luthériens tièdes ».

Le pape a aussi fustigé la maladie de « l’hypocrisie » : « on ne peut être chrétien sans vivre comme chrétien, sans (…) pratiquer les Béatitudes ». Et le pape de dénoncer la « contradiction » de ceux qui défendent le christianisme mais « sont contre les réfugiés ». « C’est hypocrite que de se dire chrétien et de renvoyer un réfugié, un affamé, quelqu’un qui a besoin d’aide ».

L’Evangile de Matthieu 25 est « le protocole par lequel nous serons tous jugés », a redit le pape. Il a estimé que le chemin œcuménique devait passer par l’aide aux nécessiteux et la prière commune.

« Moi aussi je voudrais vous poser une question : qui sont les meilleurs, les évangéliques ou les catholiques ? », a demandé le pape au terme du dialogue. Avant de lancer en allemand : « Les meilleurs c’est quand ils sont ensemble ! ».

Pour conclure la rencontre, le pape François a prié le Notre Père en allemand avec ses hôtes. Et tous les participants ont confectionné une chaîne de foulards jaunes et bleus pour symboliser l’unité.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel