Faire un don

« Au soir de la vie nous serons jugés sur l’amour »

Le pape exhorte à « ne pas se laisser distraire par d’autres intérêts »

« Au soir de la vie nous serons jugés sur l’amour, sur la proximité et sur la tendresse envers les frères », rappelle le pape François qui exhorte à « ne pas se laisser distraire par d’autres intérêts terrestres et passagers ».

Le pape a présidé une messe solennelle, pour la fête du Christ Roi de l’Univers, couronnement de l’Année liturgique, ce dimanche matin, 23 novembre 2014, place Saint-Pierre. Au début de la célébration, à laquelle ont participé plus de 50.000 personnes, il a canonisé six bienheureux indiens et italiens.

Proximité et tendresse, une règle de vie

Tout comme Jésus a réalisé son Règne « par la proximité et la tendresse », ainsi cette attitude doit être la « règle de vie » des chrétiens, a expliqué le pape : « Le salut ne commence pas par la confession de la royauté du Christ, mais par l’imitation de ses œuvres de miséricorde ».

« Au soir de la vie nous serons jugés sur l’amour, sur la proximité et sur la tendresse envers les frères. De cela dépendra notre entrée ou non dans le royaume de Dieu », a-t-il ajouté en exhortant à « ne pas se laisser distraire par d’autres intérêts terrestres et passagers ».

Sur ce chemin, le chrétien bénéficie d’une boussole en la parabole du chapitre 25 de Matthieu, qui invite à « se faire concrètement proches du frère qui demande du pain, un vêtement, un accueil, de la solidarité ». 

« Jésus a ouvert son royaume, mais il revient à chacun d’y entrer, déjà à partir de cette vie » en pratiquant ces œuvres, a insisté le pape. Et l’amour envers les frères pousse aussi « à partager avec [eux] le plus précieux, c’est-à-dire Jésus même et son Evangile »

La créativité extraordinaire de l’amour

Le pape a également évoqué les six nouveaux saints qu’il venait de canoniser au début de la célébration : deux Indiens, le P. Kuriakose Elias Chavara de la Sainte-Famille (1805-1871), prêtre carme, fondateur de la congrégation des Carmes de Marie Immaculée et la bienheureuse Euphrasie Eluvathingal du Sacré-Cœur (1877-1952), de la Congrégation des sœurs de la Mère du Carmel.

Et quatre Italiens : Mgr Giovanni Antonio Farina (1803-1888), évêque de Vicence (Italie), fondateur des Sœurs “Maîtresses de Sainte-Dorothée des Saints Cœurs” ; le P. Ludovico de Casoria (1814-1885), franciscain, fondateur de la Congrégation des religieuses Franciscaines élisabethaines, dites « Bigie » ; frère Nicola de Longobardi (1650-1709), oblat de l’Ordre des Minimes ; frère Amato Ronconi (1226-1292), du Tiers ordre de saint François, fondateur de l’hôpital des Pauvres pèlerins de Saludecio (Rimini).

« Chacun d’eux a répondu avec une créativité extraordinaire au commandement de l’amour de Dieu et du prochain », a souligné le pape : « Ils se sont dédiés sans compter au service des derniers, en assistant les indigents, les malades, les personnes âgées, les pèlerins. Leur prédilection pour les petits et les pauvres était le reflet et la mesure de leur amour inconditionnel pour Dieu. » 

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel