Pie XII écrit à la machine un message radio de Noël, pendant la Seconde Guerre mondiale © Librairie éditrice du Vatican

Pie XII écrit à la machine un message radio de Noël, pendant la Seconde Guerre mondiale © Librairie éditrice du Vatican

«Pie XII a personnellement sauvé au moins 15 000 juifs»

Print Friendly, PDF & Email

Les travaux de Michael Feldkamp, archiviste du Bundestag

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email
«Le pape Pie XII (1939-1958) a personnellement sauvé au moins 15 000 juifs et a su très tôt ce qu’était la Shoah. L’historien allemand Michael Feldkamp peut maintenant le prouver grâce aux découvertes faites dans les archives du Vatican. Selon Feldkamp, Pie XII a envoyé un rapport sur la Shoah aux Américains peu après la conférence de Wannsee, mais les Américains ne l’ont pas cru», explique Radio Vatican (Mario Galgano) qui a réalisé une interview de l’archiviste en chef du Bundestag.
Des travaux anciens et nouveaux
On connaissait déjà un certain nombre de documents et de positions défendant Pie XII pour ses actions en faveur des juifs pendant la Seconde guerre mondiale:  Mme Golda Meir, Albert Einstein et les Chroniques Juives, faisant l’éloge de Pie XII à sa mort, la lettre du rabbin André Zaoui, le livre de Pinchas Lapide, consul israélien – «The last three Popes and the Jews» -, les « Actes et Documents du Saint Siège relatifs à la seconde guerre mondiale » (Vatican, 1965-1981) publiés par 4 historiens à la demande de Paul VI – Pierre Blet, Robert A. Graham, Angelo Martini, et Burkhart Schneider -, les travaux du rabbin américain David Dalin – « Pie XII et les juifs. Le mythe du Pape d’Hitler. Comment le pape Pie XII a sauvé les Juifs des nazis » -, les travaux du p. Blet (« Pie XII et la Seconde guerre mondiale », chez Perrin) et du père Peter Gumpel, jésuite, ou le site de Gary Krupp, «Pave the way«, réunissant des documents, pour ne citer qu’eux.
Une nouvelle perspective est ouverte par Michael Feldkamp qui vient maintenant confirmer ces diagnostics positifs, à contre-courant de la légende noire bâtie par la pièce de théâtre d’un Allemand de l’Est, Rolf Hochhuth («Le Vicaire»), dans les années soixante.
Michael Feldkamp a publié sur des sujets tels que la nonciature de Cologne et la diplomatie papale, ainsi que des articles sur les relations entre l’Église catholique et le national-socialisme. Son ouvrage paru en 2000 intitulé «Pie XII et l’Allemagne» visait à faire connaître l’état complexe de la recherche à un public plus large et se voulait également une réponse au livre de John Cornwell intitulé «Le Pape et Hitler, l’histoire secrète de Pie XII». Michael Feldkamp collabore avec l’archiviste du Vatican Johannes Icks.
L’incrédulité face à l’horreur

Il fait observer que Roosevelt n’a pas cru Pie XII à propos de la Shoah : «Tout d’abord, nous, en Allemagne, ne sommes pas les seuls à faire des recherches sur Pie XII. Il n’y a pas que des historiens dans ce domaine, mais aussi des journalistes – dont nous avons également besoin comme multiplicateurs. Ce qui est nouveau maintenant, et ce que nous avons toujours su jusqu’à présent, c’est qu’Eugenio Pacelli, c’est-à-dire Pie XII, était au courant de l’Holocauste très tôt. En ce qui concerne l’extermination systématique des juifs d’Europe, Pie XII a envoyé un message au président américain Roosevelt en mars 1942 – deux mois après la conférence de Wannsee. Il l’a averti que quelque chose se passait en Europe dans les zones de guerre. Ces messages n’ont pas été considérés comme crédibles par les Américains. Nous savons aujourd’hui (…) que Pie XII était confronté à la persécution des juifs presque quotidiennement.»

Un bureau spécial

Pie XII a créé un bureau pour se tenir informé et pouvoir agir: Tous les rapports lui ont été présentés et il a créé son propre bureau au sein de la deuxième section de la Secrétairerie d’État, où le personnel doit s’occuper exclusivement de ces questions. Il y avait Mgr Domenico Tardini – qui devint plus tard un cardinal important lors du Concile Vatican II – et il y avait Mgr Dell’Acqua, lui aussi plus tard cardinal. Il est également considéré comme l’un des principaux auteurs de la Déclaration du Concile Vatican II sur la réconciliation avec les juifs (Nostra Aetate). Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces dirigeants étaient en contact très étroit avec Pie XII, lui rendant compte quotidiennement des persécutions et des déportations de masse, ainsi que du sort individuel des personnes qui s’adressaient à eux. Et ce qui est passionnant aujourd’hui, c’est que nous pouvons estimer que Pie XII a personnellement sauvé environ 15 000 juifs grâce à ses propres efforts: ouverture de monastères, transformant les cloîtres afin que des personnes puissent y être cachées, etc. Tout ceci est une énorme sensation ! Les pièces d’archives que j’ai trouvées maintenant au Vatican me montrent avec quelle précision Eugenio Pacelli a été informé.»

Des actions secrètes

L’historien fait état de documents diplomatiques et de l’action «secrète» menée par le pape pour plus de liberté: «Il s’agit de correspondance diplomatique, seules les lettres qu’ils ont reçues sont confirmées. Il est toutefois intéressant de noter que le président des États-Unis ou ses collaborateurs du département d’État ont contacté Pie XII à plusieurs reprises pour obtenir des informations sur des cas individuels… Le soutien du Pape Pacelli aux juifs est allé si loin que la Garde palatine papale, une sorte de garde du corps du Pape comme la Garde suisse d’aujourd’hui, a été impliquée dans des combats avec les Waffen-SS, avec des soldats de la Wehrmacht, pour cacher des juifs dans la basilique romaine de Sainte-Marie-Majeure. Maintenant, vous pouvez voir et prouver tout cela. Je suis reconnaissant que nous ayons ouvert ces archives au Vatican. De cette façon, nous pouvons maintenant corriger beaucoup de ces vagues suppositions ou même accusations. Par-dessus tout, il y a l’accusation selon laquelle Pie XII n’a rien fait et est resté silencieux. Le problème du silence est toujours là, bien sûr. Mais maintenant, on peut considérer que c’est raisonnable, étant donné qu’ici, il a conduit des gens à se cacher dans des opérations secrètes. À cette époque, il ne pouvait pas attirer davantage l’attention du public sur lui en organisant des manifestations ou en rédigeant des notes de protestation, mais pour détourner l’attention, il a mené des négociations avec l’ambassade d’Allemagne et la police italienne, voire avec Benito Mussolini et le ministre italien des Affaires étrangères, etc. Il a toujours essayé d’obtenir le plus possible par la négociation.»

Les traductions de l’italien

Il souligne l’importance des traductions de l’italien: «La réévaluation d’aujourd’hui peut aider à clarifier cela. Mais je crains également que certains cercles tentent encore de le dépeindre de manière négative. Je pense que ça va arriver. Mais il est certainement difficile d’accuser ou de vouloir accuser quelqu’un de cela en détail. Je constate également dans mes recherches et mes publications ici en Allemagne combien il est difficile de faire passer ces nouveaux résultats pour crédibles. Ainsi, il y a encore des gens qui disent qu’ils ne peuvent pas imaginer que pendant 70 ans nous avons cru à la fausseté, et maintenant c’est censé être différent. Je rencontre souvent ce scepticisme, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église. Ce à quoi nous devons faire attention, et ce que j’ai toujours fait, c’est de garder à l’esprit que les résultats et les dossiers sont tous écrits en français et surtout en italien. Et que la plupart de mes collègues, qui sont des historiens et qui connaissent aussi beaucoup de choses sur la Seconde Guerre mondiale, ne comprennent souvent pas l’italien. Cela signifie qu’ils dépendent maintenant de leurs collègues pour le traduire, ou qu’ils dépendent de ce que je présente et traduis ensuite. Bien sûr, j’essaie de traduire très précisément et j’apporte ensuite les citations en italien pour que les gens puissent comprendre à nouveau si nécessaire. Je pense que beaucoup de choses peuvent être faites dans ce domaine. Nous avons déjà eu des histoires où des personnes ont simplement mal traduit ou sont passées d’une traduction à l’autre de manière incorrecte.»

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel