Mgr Follo, 28 juin 2020 © Anita Sanchez

Mgr Follo, 28 juin 2020 © Anita Sanchez

« Reconnaître le Tout dans le fragment de la vie quotidienne », par Mgr Follo

« Garder vivant le désir du  Christ présent dans la vie quotidienne »

Share this Entry

Mgr Francesco Follo invite « à garder vivant le désir du  Christ pour le reconnaître présent dans notre vie quotidienne, en évitant de vivre sa présence parmi nous comme une habitude sans véritable espérance ».

Il invite à « reconnaître le Tout dans le fragment de la vie quotidienne ».

L’Observateur permanent du Saint-Siège à l’UNESCO à Paris commente ainsi les lectures de dimanche prochain, 4 juillet 2021.

Comme lecture patristique, Mgr Follo propos un passage de saint Jean Chrysostome sur l’Evangile de saint Matthieu.

AB

 

Reconnaître le Tout dans le fragment de la vie quotidienne

1) Jésus est l’Emmanuel, le Dieu avec nous tous les jours : il ne faut pas s’habituer sa présence.

L’homme Jésus qui a vécu trente ans à Nazareth de manière discrète, est la transparence de Dieu, en lui Dieu habite pleinement. Et tandis que nous cherchons toujours d’autres signes, d’autres merveilles, nous n’apercevons pas que le vrai Signe est Lui, Dieu fait chair, Il est le plus grand miracle de l’univers : tout l’amour de Dieu enfermé dans un cœur humain, dans un visage d’homme. L’important est d’avoir un cœur d’enfant qui ne cesse de s’émerveiller devant Dieu et d’introduire un « davantage » dans la normalité de la vie. Apprenons de Notre-Dame qui a vraiment compris cette réalité extraordinaire dans la vie de tout le jour. La Vierge Marie, bénie parce qu’elle a cru (cf. Lc 1, 45), ne s’est pas « habituée », ne s’est pas scandalisée son Fils qui habitait chez elle d’une manière « normale » : son émerveillement pour lui, Présence extraordinaire dans l’ordinaire de tous les jours, est plein de foi, plein d’amour et de joie, de le voir si humain et en même temps si divin. Apprenons donc d’elle, notre Mère dans la foi, à reconnaître dans l’humanité du Christ la parfaite révélation de Dieu. Pas comme l’ont fait les villageois de Jésus qui ont laissé s’imposer quotidiennement la dictature de la banalité, comme le décrit l’Évangile de ce dimanche.

En effet, un jour qui aurait pu être une belle journée, une journée plein de bonheur pour être avec les amis d’enfance, Jésus revint à Nazareth. Il n’y retourna pas seul, mais avec ses disciples, et précédée par la renommée de ses miracles et ses enseignements. Il revint donc en tant que professeur et prophète, disant des mots qui apportent la bonne nouvelle de la liberté. Et ses concitoyens qui l’avaient vu tous les jours dans les rues de la ville, ce samedi le virent entrer dans la synagogue et l’écoutèrent prêcher. Il disait des paroles nouvelles qui attiraient intérêt et attention, qui éveillaient les désirs et répondaient aux attentes. Paroles qui ont suscité l’étonnement et invitaient quitter l’ancienne façon de penser et d’agir : la surprise est la réponse « normale » à la parole de Jésus, toujours, même quand cette Parole nous la connaissons, nous l’avons médité et nous évoquons parmi les choses familières à notre mémoire. Étonnement que surgit spontanément lorsque nous sommes ouverts à l’écoute.

Malheureusement les auditeurs à l’époque (ainsi que ceux d’aujourd’hui) ont étouffé l’étonnement avec les préjugés de ceux qui étaient devenus habitués à voir la « normalité » du Christ au cours des 30 années de sa vie privée à Nazareth.

Ce jour-là à Nazareth, la libération était très proche, la liberté n’a jamais été si proche, avait le visage de leur ami. Le désir impérieux d’une vie nouvelle, de l’avènement du libérateur Messie, d’une nouveauté de la vie de nombreux fois échappée mais toujours promise par le Ciel, ce désir inépuisable avait allumé l’émerveillement et la joie, et le cœur était consentante, en disant que oui, il était lui, était le Messie, qu’aujourd’hui était le point tournant, l’accomplissement de tout espoir. Mais les concitoyens du Christ laissèrent étouffer leur étonnement par l’habitude.

Et donc, ce samedi à Nazareth au lieu d’un samedi belle, de joie et d’étonnement les paroles de paix, la vérité et le pardon de Jésus, il est devenu le jour du refus. Et il n’y eut pas de miracle.

Il y’a une première leçon importante dans ce bref passage de l’Evangile : Dieu ne nous s’impose pas, mais propose à nous en douceur. Il ne fait pas violence à notre esprit et à notre cœur, qui doit rester ouvert et accueillir le Christ et sa parole « libératrice », sans être vaincu par l’ennui de la vie quotidienne. Donc, nous devons être vigilants, attentifs, tendus à la nouveauté de Dieu qui nous vient chez nous doucement et qui discrètement frappe à la porte de notre vie quotidienne. L’Evangile d’aujourd’hui nous enseigne que nous ne devons pas étouffer la capacité d’étonnement de notre esprit et notre cœur en face d’un Dieu qui est Emmanuel, Dieu qu’est toujours avec nous tous les jours. Nous ne devons pas donner « all’abitudinarietà », la routine, aveuglante qui vient de mondain et quotidien. Nous devons garder vivant l’émerveillement qui est un jugement qui nous fait dire : « Jésus est Dieu et il vaut la peine de le suivre » et l’étonnement devient l’attachement à une présence qui –Elle seule – a paroles de vie éternelle.

 

2) L’incrédulité est vaincue par l’émerveillement et par la pitié.

Pour indiquer le lieu de l visite de Jésus à Nazareth, Saint Marc n’a pas écrit la parole « village », mais « patrie » (Mc 6,1), mot riche d’évocations émotionnelles et de signification plus large. Malheureusement, Jésus n’a pas été reconnu comme le Messie dans sa propre terre, n’a pas été reconnu par ceux qui pensaient tout savoir sur Lui. Jésus-Christ, Fils de l’homme, la révélation véritable et complète du Père n’a pas été reconnu, et a subit le sort de tant d’autres prophètes : « Il est venu parmi les siens, mais ses gens ne l’ont pas accepté… » (Jn 1,11).

Ils n’ont pas reconnu son caractère unique, ils se sont arrêtés à quelques modestes données personnels qu’ils savaient depuis des décennies : il était le fils de Marie et de Joseph l’artisan, cousin de Jacques, José, Simon. Jésus vint à Nazareth, sa patrie, parmi les personnes qui l’avaient vu grandir, jouer et travailler. Là où il y avait sa mère, sa maison, ses amis d’enfance et de la jeunesse, les parents les plus proches.

Pour l’Evangile, l’incrédulité n’est pas seulement la négation de Dieu (ce qui n’est pas le cas des Nazaréens), mais l’incapacité à reconnaître Dieu dans l’humilité de l’homme Jésus, son appel dans la voix d’un homme qui semble être « trop et uniquement » homme.

Le Sauveur se propose avec douceur et humilité et ne s’impose pas. Le Fils de Dieu se révèle dans la pauvreté et la simplicité de son être un homme comme un autre, et pourtant il est lui-même Dieu, dont la présence doit être reconnue dans les situations ordinaires de la vie, dans la vie quotidienne, dans le visage de chaque homme ou femme, pour les quels il s’est incarné.

Lui, il est le seul modèle à imiter. De Lui nous devons apprendre la douceur et l’humilité.

Avec la douceur, nous déclarons Dieu comme unique Juge et Seigneur de notre vie, en la plaçant entièrement entre ses mains.

Avec l’humilité, nous acceptons sa volonté comme la seule et unique volonté d’amour qui doit guider notre histoire quotidienne dans ses détails les moindres et les plus insignifiants. Notre âme trouve rafraîchissement en apprenant de Lui et en prenant e sur nous Sa Loi, parce que Son joug est un joug de charité et de grande miséricorde, de piété et de compassion infinie, de pardon et da miséricorde. En cette façon notre vie entre dans la vraie paix et dans la plénitude.

La deuxième leçon de ce passage de dimanche de San Marco est que pour croire il faut de la compassion, entendue comme la pratique de l’amour pour le Christ.

Si les personnes présentes avaient laissé ouvert leur cœur aux paroles de Jésus qui revenaient d’eux pour la miséricorde, ils auraient saisi la nature extraordinaire de sa présence divine. Ils auraient été capables de reconnaître Jésus comme le Messie, si elles avaient répondu à la miséricorde du Christ avec une pratique de la piété. « Piété – écrit Giuseppe de Luca- est « l’habitude » de l’amour avec Dieu … La piété n’est rien d’autre que la vie de prière (c’est la raison pour laquelle les prières sont aussi appelées « pratiques de piété », sans oublier la primauté du liturgie) qui est le souffle de Dieu en nous ». Donc, c’est l’amour qui rend l’habitude ne pas une sclérose de la vie mais une forme stable de la nouveauté.

Un exemple de cette forme stable de vie nouvelle – parce que la vie en communion avec le Christ et dans l’Eglise – est donné par les vierges consacrées dans le monde. Se donnant entièrement au Christ, ces femmes montrent qu’il est possible d’avoir ses mêmes sentiments (cf. Ph 2, 5) et porter le Cœur de Jésus sur les routes du monde. « Ces sœurs qui reçoivent actuellement la consécration virginale par l’Eglise mère, viennent du peuple saint de Dieu, de vos familles : elles sont filles et sœurs avec qui nous avons l’habitude de travailler et de vivre. Le Seigneur les a appelées à se joindre plus étroitement à lui et à les mettre au service de l’Eglise et de l’humanité. Leur consécration pousse à rechercher sincèrement, chacun selon son don, l’expansion du royaume de Dieu et le renouvellement du monde dans l’esprit de l’Evangile » (Projet d’homélie dans le Consécration des Vierges, n ° 26).

La nouvelle vie qui nous est communiquée dans le Baptême est vécue par ces consacrées dans le monde comme amitié et communion virginale pour une vie nouvelle fondée non pas sur le sang et la chair, mais sur la grâce.

 

Lecture patristique

Saint Jean Chrysostome

Commentaire sur Matthieu, 48, 1

  1. Le prophète est méprisé dans son propre pays

Venez donc, dans son pays, Jésus refrains de miracles pour ne pas enflammer davantage l’envie de ses voisins et ne pas avoir à condamner plus sévèrement pour leur incrédulité obstinée ; mais, en retour, il les expose sa doctrine, qui, bien sûr, ne mérite pas l’admiration des petits miracles. Cependant, ils ont complètement insensée, alors qu’ils devraient écouter avec émerveillement intense et admirer la force de ses mots, par opposition à mépriser l’humble condition de celui qui croit son père. Pourtant, ils ont de nombreux exemples, qui ont eu lieu dans les siècles précédents, des illustres fils nés de pères obscurs. David était le fils de Jesse, un humble agriculteur ; Amos était le fils d’un berger et le pasteur lui-même ; Moïse, le législateur, avait un bien moins illustre père pour lui. Ils devraient, par conséquent, de l’honneur et admirer Jésus à cause de ce fait : que, tout en paraissant leur humble origine, enseigne cette doctrine.

Il est donc évident que sa sagesse ne vient pas de l’étude, mais par la grâce divine. Au contraire, ils le méprisent pour ce qui devrait, au contraire, admirer. D’autre part Jésus assisté les synagogues pour éviter d’être facturé comme un ennemi solitaire de la société humaine, ce qui se serait passé s’il avait toujours vécu dans le désert. « Et ils y sont restés étonnés et disaient : D’où cet homme cette sagesse et cette puissance » (Mt 13,54), appelant le pouvoir de ses pouvoirs de faire des miracles ou même sa propre sagesse. « N’est-ce pas le fils du charpentier ? » (Mt 13,55). Donc, plus le miracle, et un plus grand étonnement. « N’est pas sa mère, nommée Marie ? Et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? Et ne sont pas ses sœurs ici avec nous ? D’où jamais il est tout cela ? Et ils ont pris ombrage de lui » (Mt 13,55 à 57). Vous voyez que Jésus parle précisément à Nazareth ? Ne sont pas ses frères, disent-ils, telle et telle autre ? Et qui se soucie ? Cela devrait être la raison la plus valable pour croire en lui. Malheureusement l’envie est une passion et combat le mal et se contredit souvent. Ce qui est extraordinaire, surprenant et potentiellement les attirer à Jésus, cela ne les choqués.

Répondre à leur Christ ? « Un prophète est sans honneur sauf dans son propre pays et dans sa propre maison. » « Et pas effectué de nombreux miracles, à cause de leur incrédulité » (Mt 13,57 à 58). Luc rapporte également que pour sa part il ne fit pas beaucoup de miracles il (Lc 4,16 à 30). Mais, je vous le dis, il serait naturel et logique pour eux. Si Jésus avait la capacité de susciter l’admiration – comme réellement passé – pour quelle raison elle pas fait des miracles ? Le fait qu’il avait ciblé sa propre gloire, mais leur propre bien. Toutefois, puisque ce ne sont pas bien réalisé, le Christ négligé leur expression à ne pas augmenter la punition de ses compatriotes. Observez combien de temps après et comme une démonstration de miracles qu’il retourne avec eux : mais ni n’a donc lui souhaiter la bienvenue, même allumera plus fortement envier. Pourquoi alors, demandez-vous, Jésus a apporté un miracle ? Il l’a fait parce qu’il n’a pas dit : « Docteur, guéris-toi toi-même » (Luc 04 :23), et il a affirmé qu’il était un ennemi et l’ennemi et méprisé ses concitoyens.

Enfin, il ne voulait pas entendre : S’il avait fait des miracles, nous aussi, nous aurions cru. Pour cela, il opère un miracle et retire par la suite, faisant d’une part, ce qui lui appartient et l’autre en évitant de condamner plus sévèrement. Eh bien, maintenant regarder la puissance de la parole du Christ : bien qu’ils aient été dominés par l’envie, mais ceux qui sont surpris. Et comme dans ses œuvres ne blâme pas l’acte lui-même, mais imaginez provoque dicton inexistant : « En vertu de Belzébuth chasser les démons », de sorte que même maintenant, ils ne condamnent pas sa doctrine, mais recourent à mépriser l’humilité de son origine. Admirez autre part la modération du Maître : il ne les blâme pas la violence, mais avec beaucoup de douceur déclare : « Un prophète est sans honneur sauf dans son propre pays, » et ne s’y arrête pas, mais ajoute, « et dans son propre maison « , se référant, je crois, avec ces derniers mots à ses parents.

Share this Entry

Mgr Francesco Follo

Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000. Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris. Mgr Francesco Follo est ordonné prêtre le 28 juin 1970 puis nommé vicaire de San Marco Evangelista à Casirate d’Adda de 1970 à 1976. Il obtient un doctorat en Philosophie à l’Université pontificale grégorienne en 1984. De 1976 à 1984, il travaille comme journaliste au magazine Letture du Centre San Fedele de la Compagnie de Jésus (jésuites) à Milan. Il devient membre de l’Ordre des journalistes en 1978. En 1982, il occupera le poste de directeur-adjoint de l’hebdomadaire La Vita Cattolica. De 1978 à 1983, il est professeur d’Anthropologie culturelle et de Philosophie à l’Université catholique du Sacré Cœur et à l’Institut Supérieur des Assistant Educateurs à Milan. Entre 1984 à 2002, il travaille au sein de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, au Vatican. Pendant cette période il sera professeur d’Histoire de la Philosophie grecque à l’Université pontificale Regina Apostolorum à Rome (1988-1989). En 2002, Mgr Francesco Follo est nommé Observateur permanent du Saint Siège auprès de l’UNESCO et de l’Union Latine et Délégué auprès de l’ICOMOS (Conseil international des Monuments et des Sites). Depuis 2004, Mgr Francesco Follo est également membre du Comité scientifique du magazine Oasis (magazine spécialisé dans le dialogue interculturel et interreligieux). Mgr Francesco Follo est Prélat d’Honneur de Sa Sainteté depuis le 27 mai 2000.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel