Le pasteur Martin Junge et le cardinal Kurt Koch @ Zenit

Le pasteur Martin Junge et le cardinal Kurt Koch @ Zenit

Unité des chrétiens : le potentiel de la « confession d’Augsbourg »

Nouvel ouvrage commun aux catholiques et luthériens en ce début d’année

Share this Entry

La « confession d’Augsbourg » (Confessio Augustana), dont on célèbrera les 500 ans en 2030, a « un potentiel oecuménique » qu’il faut exploiter pour l’avenir des relations entre chrétiens, estime le cardinal Kurt Koch dans un entretien à Vatican News, ce 8 janvier 2021.

Adoptée comme confession de foi de l’Église luthérienne, cette confession de 1530 fut en effet « la dernière tentative » d’empêcher la division de l’Eglise, en tant qu’elle exprimait la théologie de Martin Luther de façon plus modérée.

A quelques jours de la publication d’un ouvrage en italien sur la « Déclaration commune sur la Doctrine de la justification », le président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens rappelle que la question du salut a suscité « d’âpres polémiques au XVIe siècle, polémiques qui conduisirent à la division dans l’Eglise ».

Signée à Augsbourg, justement, le 31 octobre 1999, sous la houlette du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Joseph Ratzinger, la Déclaration commune sur la doctrine de la justification fut une étape clef du dialogue entre catholiques et luthériens. Benoît XVI ira jusqu’à dire, au cours des vêpres œcuméniques célébrées à Ratisbonne (Allemagne), le 12 septembre 2006, que « la Justification est un thème essentiel de la théologie ».

Cette Déclaration reçut ensuite l’adhésion du Conseil mondial des Eglises méthodistes, de la Communion anglicane et de la Communion mondiale des Eglises réformées. En 2019, toutes ces institutions se sont retrouvées à l’Université Notre Dame en Amérique du Nord où elles ont confirmé leur engagement oecuménique.

Le nouvel ouvrage rassemble les textes de cette rencontre, et a été annoncé par le dicastère et par la Fédération luthérienne mondiale le 3 janvier, pour le 500e anniversaire de l’excommunication de Martin Luther (3 janvier 1521). Pour guérir la « blessure douloureuse » que fut cet évènement, il faut à présent éclaircir « les questions historiques, théologiques et canoniques » qu’il a impliquées, souligne le cardinal Koch. Mission confiée à un groupe oecuménique d’experts depuis quelques années.

Dans l’ouvrage publié en ce début d’année, le cardinal Koch et le révérend Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, réitèrent leur volonté de poursuivre le dialogue et expriment le voeu de publier prochainement un nouveau « Message commun ».

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel