SSF2020

SSF2020

Semaines sociales de France: « Guérir le monde », message du pape François

Pour « un monde plus juste, plus solidaire, plus humain, plus fraternel, plus évangélique »

Share this Entry

« Vos travaux seront d’une grande importance dans la mesure où ils encourageront les chrétiens à prendre la place irremplaçable qui est la leur dans le dialogue social, afin qu’advienne un monde plus juste, plus solidaire, plus humain, plus fraternel, en somme plus évangélique », dit un message du cardinal Pietro Parolin, adressé au nom du pape François à Dominique Quinio, présidente des Semaines Sociales de France, dont la session 2020 a commencé ce vendredi 27 novembre 2020, 100% en ligne.

Le message du pape François a été lu par le nonce apostolique en France, Mgr Celestino Migliore, au début des travaux.

« C’est une responsabilité qui découle de la foi, comme un don de Dieu à placer au service de l’humanité tout entière », insiste le cardinal Parolin.

« Tout chrétien, dit encore le message, et en particulier s’il a quelque responsabilité dans la société, a de par son baptême le moyen de « guérir le monde ». »

AB

Message du pape François

« Madame Dominique QUINIO

Présidente des Semaines Sociales de France                                PARIS

Sa Sainteté le Pape François est heureux de vous rejoindre par la pensée et par la prière ainsi que tous ls participants à la session 2020 des Semaines Sociales de France. La pandémie de la covid-19 vous contraint à vivre cette rencontre à distance, en vidéo-conférence. Cette dure privation de contacts humains directs, que nous connaissons tous en ces temps-ci, a au moins pour avantage de nous faire mieux percevoir la richesse et la valeur irremplaçables de la rencontre interpersonnelle. Seule elle permet de vivre la chaleur humaine et la spontanéité des échanges, seule elle permet de susciter des liens d’amitié et de fraternité. La Saint-Père affirme  que « les relations virtuelles, qui dispensent de l’effort de cultiver l’amitié, ne sont sociales qu’en apparence; elles ne construisent pas un vrai « nous » (Fratelli tutti, n. 43).

Le projet de « société à reconstruire » sur lequel vous souhaitez réfléchir – thème de votre session annuelle – devra sans doute prendre en compte ce point d’attention car « la connexion numérique ne suffit pas pour construire des ponts, elle ne suffit pas pour unir l’humanité » (Ibid.). Créés à l’image et ressemblance de Dieu, nous sommes des êtres de relation, des personnes aimées et capables d’aimer. (cf. Catéchèse sur le thème « guérir le monde », Audience générale du 12 août 2020). Un regard renouvelé doit donc être porté sur l’homme revêtu de la dignité que Dieu lui confère. « Cette conscience renouvelée de la dignité de tout être humain a de sérieuses implications sociales, économiques et politiques. […] Le croyant, en contemplant son prochain comme un frère et non comme un étranger, le regarde avec compassion et empathie, et non avec mépris ou inimitié » (Ibid.).

Fort de ces convictions, tout chrétien, et en particulier s’il a quelque responsabilité dans la société, a de par son baptême le moyen de « guérir le monde »; et le Pape François a par ailleurs souligné de quelles manières les vertus théologales de foi, d’espérance et de charité étaient impliquées dans cette guérison du monde (cf. Audiences générales du 5 août au 30 septembre 2020). Vos travaux seront d’une grande importance dans la mesure où ils encourageront les chrétiens à prendre la place irremplaçable qui est la leur dans le dialogue social, afin qu’advienne un monde plus juste, plus solidaire, plus humain, plus fraternel, en somme plus évangélique. C’est une responsabilité qui découle de la foi, comme un don de Dieu à placer au service de l’humanité tout entière (cf. Catéchèse du 12 août 2020). Le Pape François confie la fécondité de vos travaux à l’intercession de la Vierge Marie et i vous assure, Madame la Présidente, ainsi qu’aux participants, de sa prière.

 

+ Cardinal Pietro Parolin

Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté. »

 

Du Vatican, le 13 novembre 2020

 

 

 

 

 

 

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel