P. Tomaž Mavrič, C.M. © Vatican Media

P. Tomaž Mavrič, C.M. © Vatican Media

Famille spirituelle de S. Vincent de Paul: le pape reçoit le p. Tomaž Mavrič

Un compatriote argentin et la » Médaille miraculeuse »

Share this Entry

Le pape François a reçu en audience au Vatican ce jeudi 26 novembre 2020 un compatriote argentin, mais d’origine slovène, le p.  Tomaž Mavrič, 61 ans, supérieur général de la Congrégation de la Mission (CM, Lazaristes) depuis juillet 2016, et des Filles de la charité.

Le p. Mavrič est aussi le président du Comité exécutif de la Famille spirituelle de saint Vincent de Paul, engagée selon la tradition du fondateur auprès des plus pauvres.

Au pied de cet autel

Certains noteront que l’audience se situe pendant la neuvaine à Notre Dame de la Médaille miraculeuse: le p. Mavrič a d’ailleurs choisi aujourd’hui une photo de la chapelle parisienne comme photo de couverture de sa page Facebook avec ces paroles de la Vierge Marie à sainte Catherine Labouré : « Venez au pied de l’autel. Ici, il y aura des grâces abondantes pour tous ceux qui les demandent avec confiance et ferveur. »

Chapelle de N.-D. de la Médaille miraculeuse, Paris © chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com

Chapelle de la Rue du Bac à Paris ©chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com

C’est en effet demain, 27 novembre, la Fête de Notre Dame de la Médaille miraculeuse et samedi, 28 novembre, la fête de sainte Catherine Labouré.

Le pape François a béni une statue de la Vierge Marie représentée sur la « Médaille miraculeuse » de la Rue du Bac (Paris), le 11 novembre 2020, au Vatican. Une Vierge qui fait maintenant le tour de l’Italie pendant un an, pour réconforter en temps de pandémie.

Cette initiative a lieu à l’occasion du 190e anniversaire des apparitions mariales à sainte Catherine Labouré (1806-1876), précise un communiqué de la famille religieuse de S. Vincent de Paul.

Une délégation guidée par le p. Tomaž Mavrič, a été reçue par le pape. L’événement a marqué le lancement du « Pèlerinage de Marie » : du 1er décembre 2020 au 22 novembre 2021, la statue sera accueillie dans les communautés vincentiennes de toutes les régions d’Italie.

Les organisateurs citent les paroles de la Vierge Marie, apparue à une Fille de la Charité, Catherine Labouré, dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830 : « Mon enfant, les temps sont très mauvais ; des malheurs vont fondre sur la France… le monde entier sera bouleversé par des malheurs de toutes sortes. Mais venez au pied de cet autel : là les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont… Un moment viendra où le danger sera grand ; on croira tout perdu. Je serai avec vous, ayez confiance… Ayez confiance, ne vous découragez pas, je serai avec vous. »

Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparaît de nouveau à Catherine dans la chapelle de son couvent. Elle porte dans ses mains un petit globe doré surmonté d’une croix, représentant « le monde entier, la France et chaque personne en particulier ». De ses mains, sortent des rayons, « symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent », explique la Vierge Marie. Catherine voit alors l’invocation « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous » et entend une voix demandant : « Faites frapper une médaille sur ce modèle. Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces. »

« Aujourd’hui encore, la Vierge marie nous invite au pied de l’autel », affirment les vincentiens qui souhaitent, par ce pèlerinage, témoigner de « l’amour miséricordieux de Dieu » dans un monde « profondément inquiet ». Dans les différentes régions italiennes, la statue bénie par le pape sera accueillie pendant trois jours de célébrations, impliquant les jeunes, les plus pauvres, les personnes malades.

Une connaissance de l’Europe de l’Est

Le p. Mavrič, francophone, est aussi un bon connaisseur de l’Eglise en Europe de l’Est et il a une large expérience internationale: il a fait son séminaire à Belgrade, en Serbie, et, à partir de 1977, il a commencé ses études supérieures en philosophie à Ljubljana, où il a également étudié la théologie.

Il a prononcé ses vœux perpétuels dans la Congrégation de la Mission le 8 avril 1982 et a été ordonné prêtre le 29 juin 1983 à Ljubljana.

Peu de temps après son ordination, il a été envoyé à Toronto, au Canada, où il a servi comme vicaire jusqu’en 1994.

Puis il a travaillé pendant trois ans en Slovénie, en mission, sur l’orientation des retraites et l’animation professionnelle. A cette époque, il a été invité par le p. Robert Maloney, CM, alors Supérieur général de la Congrégation de la Mission, pour des missions internationales.

Il a ensuite rejoint la formation, partant pour Dublin, Irlande, et pour Banska Bystrica, en Slovaquie, et, entre 2004 et 2007, il a dirigé le noviciat à Kiev, en Ukraine. En 2009, il a été élu vice-visiteur de la Province des Saints Cyrille et Méthode, fondée en 2001, qui comprend la Biélorussie, l’Ukraine et la Russie.

Le charisme du saint patron des associations caritatives

Le pape François a récemment invite à suivre l’exemple de saint Vincent de Paul (1581-1660) dans un « service joyeux et désintéressé des plus démunis » et dans « l’hospitalité ».

« Aujourd’hui, nous célébrons la mémoire de #SaintVincentdePaul, patron de toutes les associations caritatives. Que l’exemple de Saint Vincent nous conduise tous à un service joyeux et désintéressé aux plus démunis, et nous ouvre à l’hospitalité et au don de la vie »: c’est l’appel lancé par le pape François dans un tweet à l’occasion de la fête du saint Français, dimanche 27 septembre 2020.

Vincent de Paul est une figure du renouveau spirituel et apostolique au XVIIe siècle. Prêtre et fondateur de congrégations, il travailla toute sa vie pour soulager les misères matérielles et morales de ses contemporains. Il a été canonisé en 1737.

Le pape connaît bien la Congrégation de la Mission et le responsable de la section française de la Secrétairerie d’Etat est un Lazariste, Mgr Jean Landousies.

Il connaît bien aussi les Filles de la charité, qui ont soin au Vatican, de sa chapelle de la Maison Sainte-Marthe et d’un dispensaire. Le service des Filles de la charité a commencé au Vatican en 1884 sous Léon XIII qui leur a confié un hospice pour les malades, à Sainte-Marthe: elles ont également accueilli des prêtres pauvres, et aussi des gendarmes ou des Gardes Suisses, et pendant la seconde guerre mondiale … des ambassadeurs réfugiés au Vatican.

 

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel