Card. Zenari © Path to Peace

Card. Zenari © Path to Peace

Syrie: « Ne laissez pas mourir l’espérance! », appel du nonce apostolique

Rencontre du card. Zenari avec le Corps diplomatique

Share this Entry

« Ne laissez pas mourir l’espérance » en Syrie: c’est l’appel du nonce apostolique à Damas, le cardinal Mario Zenari, lors d’une rencontre inédite, à Rome, avec le Corps diplomatique.

Le nonce apostolique en Syrie, le cardinal italien Mario Zenari, a rencontré les membres du Corps Diplomatique accrédités près le Saint-Siège, ce jeudi 15 octobre 2020, indique le Saint-Siège dans un communiqué publié en italien, en anglais et en espagnol.

Une rencontre exceptionnelle en présence du cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État, et de Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire aux Relations avec les États, signe qui dit l’importance de cette démarche pour le Saint-Siège.

« Cette rencontre a été l’occasion de raviver l’attention sur la situation dans laquelle se trouve la Syrie, prostrée, après de dix ans de violence », indique la même source.

Le cardinal Pietro Parolin a exprimé son « espérance » que « le monde ne s’habitue pas à la litanie des horreurs qui nous viennent chaque jour de cette nation tourmentée ».

Pour sa part le nonce a fait observer que la Syrie semble avoir disparu du « radar médiatique ». Mais la « catastrophe humanitaire » persiste et après les roquettes, ce qui est le plus inquiétant c’est la « bombe de la pauvreté », qui frappe 80% de la population: on estime qu’actuellement 11 millions de Syriens ont besoin d’une aide humanitaire.

Le cardinal Zenari a remercié pour leur générosité de nombreux États et institutions, en particulier les agences des Nations Unies, qui ont permis une série de projets humanitaires, et il a cité les nombreuses urgences qui affectent le pays, surtout celle de la santé, dans le contexte de la pandémie.

Mais « le temps presse », a averti le cardinal nonce: la Syrie est parsemée de « villages fantomatiques », de ruines et c’est pourquoi « de nombreux Syriens ont perdu toute espérance ».

Le nonce apostolique n’a pas éludé la délicate question des « sanctions » internationales imposées à la Syrie et déplorant qu’elles « affectent inexorablement la population ».

Il a spécialement plaidé pour les enfants et des personnes âgées, dont certains meurent l’hiver en raison du froid; mais aussi l’exode des jeunes qualifiés, et les nombreux jeunes morts à la guerre; l’importance du rapatriement des réfugiés; le problème des nombreuses personnes portées disparues et détenues.

Enfin, le cardinal italien qui n’a jamais voulu quitter le pays, a appelé à une « réponse internationale » et à des « solutions radicales à long terme », dans le sillage des nombreuses interventions du pape François pour la Syrie et à la lumière de sa récente encyclique « Fratelli tutti » dans laquelle il dit entre autres: « Ou bien nous nous sauvons tous ou bien personne ne se sauve » (n. 137).

Le cardinal Mario Zenari a ensuite répondu à plusieurs questions des personnes présentes, à la fois sur les relations entre les communautés religieuses en Syrie; sur la nécessité d’une reprise économique à différents niveaux pour la reconstruction du pays; sur les conséquences du conflit sur la présence des chrétiens dans la région; sur l’urgence éducative; sur le statut de la femme; et sur le besoin de ressources financières supplémentaires pour le projet «Hôpitaux ouverts», trois hôpitaux catholiques de Damas et d’Alep auxquels les malades, quelle que soit leur appartenance ethnique ou religieuse, peuvent accéder gratuitement.

La rencontre s’est achevée par les remerciements du cardinal secrétaire d’État, qui a renouvelé son appel à « rechercher de nouvelles solutions » et à « ne pas abandonner la Syrie sous une chape de silence et d’indifférence ».

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel