Audience du 30 sept. 2020 © Vatican Media

Audience du 30 sept. 2020 © Vatican Media

Pour faire grandir l’amour de la Bible, un nouveau document du pape François

« Sacrae scripturae affectus », signé en la fête de S. Jérôme

Share this Entry

C’est un nouveau document du pape François, « pour que grandisse en tous l’amour de la Sainte Ecriture »: le pape l’a annoncé en italien au terme de l’audience générale de ce mercredi 30 septembre 2020, dans la Cour Saint-Damase du Vatican, justement en la fête de S. Jérôme.

C’est une « Lettre apostolique » signée aujourd’hui, à l’occasion du XVIe centenaire de la mort du grand bibliste, docteur de l’Eglise, souvent appelé « le traducteur de Dieu ». Elle s’intitule: « Sacrae scripturae affectus« .

Le Vatican a publié le texte en neuf langues, dont le français et l’arabe.

« J’ai signé aujourd’hui la Lettre apostolique « Sacrae Scripturae affectus », à l’occasion du 16e centenaire de la mort de saint Jérôme », a annoncé le pape.

Il souhaite que les baptisés vivent « en dialogue » avec la Bible: « Que l’exemple de ce grand docteur et père de l’Église, qui a mis la Bible au centre de sa vie, suscite en tous un amour renouvelé pour la Sainte Écriture et le désir de vivre en dialogue personnel avec la Parole de Dieu. »

En espagnol, le pape avait auparavant rappelé les paroles de S. Jérôme: « Ignorer les Ecritures, c’est ignorer le Christ »: « Aujourd’hui, nous faisons mémoire de saint Jérôme, qui a étudié passionnément  la Sainte Écriture, et en a fait le moteur et la nourriture de sa vie. Que son exemple nous aide nous aussi à lire et à connaître la Parole de Dieu, « parce qu’ignorer les Écritures, c’est ignorer Christ ». »

Dalmate, saint Jérôme est né vers 347, dans la Croatie actuelle. Il se retire dans le désert, près d’Antioche, vivant dans la pénitence parmi ses livres. Il devient prêtre. Il est un infatigable écrivain et traducteur: on lui doit la Vulgate, la traduction de la Bible en latin. Il arrive à Rome, où il collabore avec le pape Damase, qui l’encourage à approfondir ses études. Il se rend ensuite à Jérusalem, puis à Bethléem, où il fonde un monastère près de la basilique de la Nativité. Il s’éteint le 30 septembre 419 ou 420. Il est le saint patron des archéologues et des biblistes.

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel