Mgr Fisichella, visioconférence du 13 juin 2020, capture Vatican Media

Mgr Fisichella, visioconférence du 13 juin 2020, capture Vatican Media

« Dieu ne connaît pas de différence de couleur de peau ni de compte en banque », déclare Mgr Fisichella

Solidarité pour le traitement du coronavirus et les vaccins

Share this Entry

« Dieu ne connaît pas de différence de couleur de peau ni de compte en banque », rappelle Mgr Fisichella, à propos des vaccins éventuels et de la recherche scientifique sur le Covid-19.

Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, a présenté le Message du pape François pour la IVe Journée mondiale des pauvres (15 novembre 2020), à la presse, en visioconférence, ce samedi 13 juin 2020, en la fête de saint Antoine de Padoue-de Lisbonne (1195-1231), docteur de l’Eglise et saint patron des pauvres.

Répondant à une question de la presse sur l’éventuelle mise sur le marché de vaccins contre le coronavirus, Mgr Fisichella a d’abord rappelé « la confiance de l’Eglise dans la science et les hommes de science », affirmant que « foi et science ne peuvent s’opposer: elles poursuivent le même objectif du bien commun… de donner une réponse à l’homme d’aujourd’hui avec des modalités différentes… ».

En même temps, Mgr Fisichella a souligné pour la science l’importance d’un « principe éthique » qui rappelle le « bien commun » car « la conquête de la science est une conquête de toute l’humanité ». Il souhaite l’égalité d’accès aux thérapies: « Nous sommes devant une pandémie, elle touche le monde entier, il ne peut y avoir une zone privilégiée. »

Mgr Fisichella a conclu : « Dieu ne connaît pas de différence de couleur de peau ni de compte en banque. »

Il a aussi rappelé que la Journée mondiale des pauvres a été instituée par le pape François lors la conclusion du Jubilé de la miséricorde en 2016, « à la lumière du «Jubilé des personnes socialement exclues» ».

Mgr Rino Fisichella a cité de longs passages du message du pape François, notamment : « La prière à Dieu et la solidarité avec les pauvres et les souffrants sont inséparables. »

Mgr Fisichella a aussi souligné ce passage: « On n’improvise pas les instruments de miséricorde. Un entraînement quotidien est nécessaire, à partir d’une prise de conscience que nous, les premiers, avons combien besoin d’une main tendue vers nous. »

Le message constate l’immense solidarité suscitée par la pandémie, évoquant même « la sainteté de la porte à côté »: « Tendre la main est un signe qui rappelle immédiatement la proximité, la solidarité, l’amour. En ces mois où le monde entier a été submergé par un virus qui a apporté douleur et mort détresse et égarement combien de mains tendues nous avons pu voir ! »

Répondant à une question sur la crise du travail, Mgr Fisichella a affirmé la dignité du travailleur:  « Sans certitude du travail, pas de dignité, avec la perte du travail, on accroît des poches de pauvreté, la Journée mondiale des pauvres devra être attentive à des situations auxquelles on n’est pas habitués. »

Répondant à une question sur le Fonds de solidarité pour les travailleurs précaires créé par le pape François dans son diocèse de Rome, Mgr Fisichella souligne que le pape François « suscite une forme de solidarité aussi de la part des autorités civiles qui participent à ce geste de la création d’un Fonds de solidarité du diocèse de Rome avec une dotation de départ … pour au moins donner de la nourriture ». En effet, la maire de Rome, Mme Virginia Raggi, a affirmé la participation de la municipalité à ce fonds de solidarité. 

 

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel