Marko Ivan Rupnik, SJ, Déposition, Scaldaferro di Pozzoleone Vicence, Italie

Marko Ivan Rupnik, SJ, Déposition, Scaldaferro di Pozzoleone Vicence, Italie

«Auprès de la croix de Jésus se tenait sa Mère», par le p. Rupnik SJ

Et « le chemin de l’Église dans l’histoire »

Share this Entry

«Auprès de la croix de Jésus se tenait sa Mère»: c’est le thème de la première prédication des vendredis de carême donnée par le p. Marko Ivan Rupnik, jésuite slovène et mosaïste, ce vendredi 6 mars 2020, en la salle clémentine du palais apostolique du Vatican. Une synthèse de L’Osservatore Romano.

Le p. Rupnik insiste sur la présence providentielle de Dieu dans l’histoire, grâce à l’Esprit Saint qui accompagne l’Eglise: « C’est le Seigneur qui donne la vie : avec l’Esprit Saint, nous pouvons vivre la vie comme un « don de soi ». Dieu répand dans nos coeurs l’amour du Père. C’est là le chemin de l’Église dans l’histoire. C’est un chemin pascal. »

Dieu est aussi présent dans l’histoire grâce aux baptisés qui témoignent de sa présence par leur action, leur présence: « Nous aussi, comme Marie, « nous sommes appelés à une conversion continuelle pour voir que l’histoire avance selon la Providence ». Et que Dieu « se manifeste dans ce monde à travers notre présence ». »

Voici notre traduction de la synthèse publiée par le Saint-Siège en italien.

AB

« Auprès de la croix de Jésus se tenait sa Mère »

Aujourd’hui, des générations entières se heurtent à la réalité parce que ce n’est pas celle qu’ils ont imaginée, désirée et pour cette raison, ils ne la comprennent pas. Marie, elle, comprend continuellement « la Parole d’une manière nouvelle ».

Marie et la Parole

« Marie comprend la parole différemment ». Sa conversion est « permanente ». Elle est continuellement « mise au défi par une nouveauté » : « en permanence, elle comprend la Parole d’une manière nouvelle et c’est avec cette parole qu’elle comprend la réalité ». Marie se tenait sous la Croix, et au-dessus, il était écrit « Roi ». Il n’est pas possible de se dire qu’ « à cet endroit-là, elle ne pensait pas à la Parole qui lui avait été dite : il sera sur le trône de David ». La Croix est l’unique lieu où il est écrit que son Fils est roi. La Croix est le trône sur lequel se trouve le Christ. Sans l’Esprit Saint, on ne peut pas comprendre le don que Dieu nous a fait. Le don c’est le Crucifié et « nous sommes unis à cet événement ».

Dieu est amour

Sans l’Esprit-Saint, « nous ne pouvons pas comprendre que Dieu existe vraiment en tant qu’amour ». Amour signifie « se donner soi-même ». L’amour se réalise par le don de soi. C’est quelque chose de choquant qui nous demande d’aller au-delà de notre mentalité. Dans le Christ, nous voyons « la vérité de Dieu ». Comprendre un Dieu qui se donne de cette façon, « met en difficulté les approches rationalistes de la foi ». « Dieu Père gouverne le monde et l’histoire à travers l’Agneau, le don de soi ». « L’histoire est dirigée à travers le don de soi, à travers l’amour ».

Du carême au triduum pascal

L’amour qui « au ciel est une Béatitude absolue », est, sur la terre, le Triduum pascal. Pour cela, il faut se préparer à travers le chemin du Carême. Il faut savoir saisir que « notre espérance dans l’histoire trouve un sens à travers le Triduum pascal ». Il faut comprendre que tout don est consommé : « qui se donne se consume, ne s’épargne pas ». Le témoignage est alors possible, uniquement grâce à l’Esprit Saint.

Vivre le « don de soi »

C’est le Seigneur qui donne la vie : avec l’Esprit Saint, nous pouvons vivre la vie comme un « don de soi ». Dieu répand dans nos coeurs l’amour du Père. C’est là le chemin de l’Église dans l’histoire. C’est un chemin pascal. Nous aussi, comme Marie, « nous sommes appelés à une conversion continuelle pour voir que l’histoire avance selon la Providence ». Et que Dieu « se manifeste dans ce monde à travers notre présence ».

Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel