Angélus, capture @ Vatican Media

Angélus, capture @ Vatican Media

Angélus du 5 janvier: des chrétiens "immaculés"? (traduction complète)

« Dieu entre en nous, le don, la gratuité de Dieu entre en nous »

Share this Entry

Le pape appelle les baptisés à accueillir le « don de la sainteté » pour devenir « immaculés: qu’est-ce que cela signifie?
Le pape l’a expliqué avant l’angélus de dimanche dernier, 5 janvier 2020, place Saint-Pierre, en invitant à être concrets: « Celui qui accueille en lui la sainteté comme don de grâce, ne peut que la traduire en action concrète dans la vie quotidienne. Ce don, cette grâce que Dieu m’a donnés, je les traduis en actions concrètes dans le quotidien, dans la rencontre avec les autres. »
Le pape a expliqué que ces actions, ces gestes concrets purifient le coeur du croyant et préparent le « pardon »:  » Cette charité, cette miséricorde envers mon prochain, reflet de l’amour de Dieu,  purifie dans le même temps  notre cœur et nous dispose au pardon, en nous rendant chaque jour plus «immaculés». »
Le pape a immédiatement précisé ce que signifie « immaculé », du point de vue de l’action de Dieu dans les coeurs: « Pas immaculés dans le sens où j’enlève une tache: immaculés dans le sens où Dieu entre en nous, le don, la gratuité de Dieu entre en nous et nous la préservons et la donnons aux autres. »
Voici la traduction officielle du Vatican des paroles du pape François prononcées en italien.
AB
Paroles du pape François avant l’angélus
Chers frères et sœurs, bonjour!
En ce deuxième dimanche du Temps de Noël, les lectures bibliques nous aident à élargir notre regard, pour avoir une pleine conscience de la signification de la naissance de Jésus.
L’Evangile, avec le prologue de saint Jean, nous montre la nouveauté bouleversante: le Verbe éternel, le Fils de Dieu, «se fit chair» (v. 14). Non seulement il est venu habiter parmi le peuple, mais il s’est fait l’un du peuple, l’un d’entre nous! Après cet événement, nous n’avons plus seulement une loi, une institution pour orienter notre vie, mais une Personne, une Personne divine, Jésus, qui oriente notre vie, qui nous fait aller sur la route car lui-même l’a fait auparavant.
Saint Paul bénit Dieu pour son dessein d’amour réalisé en Jésus Christ (cf. Ep 1, 3-6.15-18). Dans ce dessein, chacun de nous trouve sa  vocation fondamentale. Quelle est-elle? Saint Paul nous dit ceci: nous sommes prédestinés à être des enfants de Dieu par l’œuvre de Jésus Christ. Le Fils de Dieu s’est fait homme pour faire de nous, les hommes, des enfants de Dieu. C’est pourquoi le Fils éternel s’est fait chair: pour nous introduire dans sa relation filiale  avec le Père.
Donc, chers frères et sœurs, alors que nous continuons à contempler le signe admirable de la Crèche, la liturgie d’aujourd’hui nous dit que l’Evangile du Christ n’est pas une fable, n’est pas un mythe, un récit édifiant, non. L’Evangile du Christ est la pleine révélation du dessein de Dieu, du dessein de Dieu sur l’homme et sur le monde. C’est un message à la fois simple et grandiose, qui nous pousse à nous demander: quel projet concret le Seigneur a-t-il placé en moi, en actualisant encore sa naissance parmi nous?
C’est l’apôtre Paul qui nous suggère la réponse: «[Dieu] nous a élus […] pour être saints et immaculés en sa présence dans l’amour» (v. 4). Voilà la signification de Noël. Si le Seigneur continue à venir parmi nous, s’il continue à nous faire don de sa Parole, c’est pour que chacun de nous puisse répondre à cet appel: devenir saints dans l’amour. La sainteté est appartenance à Dieu, est communion avec Lui, transparence de sa bonté infinie. La sainteté est préserver  le don que Dieu nous a donné. Seulement cela: préserver la gratuité. C’est cela être saint.
C’est pourquoi, celui qui accueille en lui la sainteté comme don de grâce, ne peut que la traduire en action concrète dans la vie quotidienne. Ce don, cette grâce que Dieu m’a donnés, je les traduis en actions concrètes dans le quotidien, dans la rencontre avec les autres. Cette charité, cette miséricorde envers mon prochain, reflet de l’amour de Dieu,  purifie dans le même temps  notre cœur et nous dispose au pardon, en nous rendant chaque jour plus «immaculés». Mais pas immaculés dans le sens où j’enlève une tache: immaculés dans le sens où Dieu entre en nous, le don, la gratuité de Dieu entre en nous et nous la préservons et la donnons aux autres.
Que la Vierge Marie nous aide à accueillir avec joie et gratitude le dessein divin d’amour réalisé en Jésus Christ.
Copyright – Librairie éditrice du Vatican 

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel