Statue de Notre Dame de Fatima, courtoisie du sanctuaire

Statue de Notre Dame de Fatima, courtoisie du sanctuaire

Fatima 2017: la logique de la Croix et le Cœur de Marie, par le card. Piacenza

«Pour reconnaître tous les crucifiés de notre temps»

Share this Entry

« Tous les grands thèmes de la famille à l’écologie, de l’évangélisation à la foi, ne peuvent être regardés que dans la logique de la Croix », explique le cardinal Mauro Piacenza, Grand Pénitencier, en charge de la Pénitencerie apostolique, le jour de la fête de l’exaltation de la Croix.
Il a présidé la messe à Fatima, au Portugal, ce jeudi 14 septembre 2017, pour le centième anniversaire de l’apparition de septembre 1917.
Le cardinal Piacenza a souligné le rapport entre el Cœur Immaculé de Marie et le mystère de la croix : « à chaque fois que la vie nous crucifie », « à chaque fois que l’infirmité, l’incompréhension, la solitude, la marginalisation, la trahison, nous crucifie », « nous sommes dans le cœur de Marie, car la Croix y trouve toujours sa place ».
« Tous les grands thèmes, a souligné le cardinal, de la famille à l’écologie, de l’évangélisation à la foi, ne peuvent être regardés que dans la logique de la Croix, une logique d’offrande et de sacrifice, d’expiation et de mort, pour pouvoir atteindre la gloire de la résurrection, à savoir le plein accomplissement de la Croix. »
C’est la capacité d’ « accueillir » et d’ « entrer » dans cette « nouvelle logique » – logique de la Croix – qui distingue « des chrétiens authentiques », a-t-il ajouté. « Un christianisme privé de la Croix se réduirait à une collection générale de normes morales, a affirmé le cardinal, privée de fascination et de signification, et donc proclamées inutilement et jamais réalisées. »
« On peut dire, a résumé le Grand Pénitencier, que la morale chrétienne est tout simplement être fidèle à la croix! C’est vivre en tenant compte du Christ crucifié, en implorant de toujours savoir choisir de souffrir plutôt que de faire souffrir ; de mourir plutôt que de tuer; d’accueillir plutôt que de repousser ; d’aimer, d’aimer et encore aimer. »
Notre traduction de l’homélie du cardinal Mauro Piacenza, Grand Pénitencier, se trouve ici.

Share this Entry

Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel