Migrants, réfugiés © un.org

Migrants, réfugiés © un.org

Les migrants sont des "partenaires" pour le développement économique

Déclaration du Saint-Siège à l’Organisation internationale pour les migrations

Share this Entry

Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unis à Genève, a appelé à reconnaître les migrants comme des « partenaires » dans le développement économique. Intervenant à la 107e Session du Conseil de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le 6 décembre 2016, il a demandé à la communauté internationale de donner la priorité à la protection des enfants migrants.

2016 restera dans l’histoire comme l’année où plus de 6000 migrants « ont perdu leur vie en recherche d’une vie meilleure », a déploré Mgr Jurkovic : « Le nombre de personnes fuyant les conflits, la famine, la persécution religieuse, le changement climatique et les catastrophes naturelles, continue sans cesse à augmenter ».

Ces motifs de migration « devraient remettre sérieusement en question nos réalisations comme famille humaine et nous presser à créer (…) une nouvelle ‘économie sociale’ fondée sur l’inclusion et la justice, servant le grand nombre, non pas quelques-uns », a poursuivi l’observateur permanent.

« Les migrants sont souvent traités comme des numéros et des marchandises, et sont trop souvent perçus comme une menace au lieu d’une ressource pour la société d’accueil », a-t-il encore dénoncé. Or la migration n’est pas « un problème à résoudre mais une réalité humaine qui devrait être gérée par une approche multilatérale ».

Pour le Saint-Siège, « le transfert des ressources, compétences, connaissances et idées par la migration est substantiel ». Mais l’intégration est négligée : « de nombreux migrants continuent à vivre et à travailler dans des conditions précaires et ils font face à des stéréotypes et à la discrimination ». « Quand les migrants ne sont pas intégrés dans la société ils deviennent isolés, créant une culture de méfiance mutuelle et de suspicion ».

« Migration, intégration et développement sont interdépendants », a assuré Mgr Jurkovic. Ainsi les migrants doivent être « reconnus comme des partenaires dans le développement économique », leurs « droits humains » doivent être respectés et ils doivent eux-mêmes « apprécier les valeurs de base de la société d’accueil ».

Priorité à l’intérêt des enfants

Le représentant du Saint-Siège a exprimé une préoccupation particulière pour les enfants migrants, dont le nombre grandit de manière « exponentielle ». Ces enfant « sont souvent victimes de fléaux pervers comme le trafic d’enfants, l’exploitation, et l’abus ». Et de souligner leur vulnérabilité : « les enfants sont les premiers parmi ceux qui paient le prix fort de la migration ».

« Où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, tous les enfants ont des besoins et des droits individuels même lorsqu’ils traversent les frontières », a rappelé Mgr Jurkovic : « Les politiques doivent donner la priorité à leurs intérêts à tous les stades ».

Il a conclu par cet appel : « Soyons courageux et déterminés dans notre engagement à s’attaquer aux causes qui déclenchent la migration forcée dans les pays d’origine ».

Share this Entry

Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel