Conférence de l'OSCE à Vienne @ OSCE press office

Conférence de l'OSCE à Vienne @ OSCE press office

OSCE: les minorités créent des ponts

Intervention de Mgr Janusz Urbanczyk (Traduction intégrale)

Share this Entry

Le Saint-Siège a appelé la communauté internationale à « engager activement les minorités nationales, car leur présence transfrontalière crée en elle-même un pont entre les États participants, entre les communautés et entre les peuples, les langues, les religions et les cultures ».
Mgr Janusz Urbanczyk, représentant permanent du Saint-Siège à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), est en effet intervenu à la 3e Réunion supplémentaire en matière de dimension humaine, « sur les minorités nationales, la construction de ponts et l’intégration », à Vienne (Autriche), le 10 novembre 2016.
Voici sa déclaration lors de la session de travail I « Mécanismes juridiques de construction de ponts entre les États ».
Déclaration de Mgr Janusz S. Urbańczyk
Monsieur le Modérateur,
Étant donné que c’est la première fois que ma délégation prend la parole, permettez-moi de remercier la présidence allemande, le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (ODHIR) de l’OSCE et le Haut Commissariat des Nations unies pour les minorités nationales (HCNM) d’avoir organisé cette Réunion supplémentaire sur la dimension humaine (SHDM). De plus, je me joins volontiers aux orateurs précédents pour remercier les intervenants pour leurs contributions informatives à notre discussion.
Le Saint-Siège continue de souligner la contribution indispensable de l’OSCE à la protection des minorités nationales ; un domaine de travail qui, depuis l’Acte final d’Helsinki, est devenu une caractéristique de cette Organisation.
Un exemple clair de l’importance continue du Haut Commissariat pour les minorités nationales est la publication en 2008 des Recommandations de Bolzano / Bozen sur les minorités nationales dans les relations interétatiques. En fournissant aux représentants des États participants, des minorités nationales et des organisations internationales des outils importants et pratiques, ces recommandations devraient continuer de guider nos efforts communs pour protéger et promouvoir les droits des personnes appartenant à des minorités nationales, prévenir les conflits et maintenir de bonnes relations entre tous les niveaux de gouvernement et des minorités nationales.
L’application de la loi, en particulier au niveau local, est un agent institutionnel important pour protéger les droits et libertés des minorités nationales et contribuer à des relations solides et ouvertes entre l’État et ces minorités. Le pape François a souligné que la mission de l’application de la loi, correctement comprise, est « d’assurer un environnement sûr, afin que chaque citoyen puisse vivre dans la paix et la sérénité ». Des officiers de police devraient être formés pour se considérer eux-mêmes comme des « instruments de réconciliation, des constructeurs de ponts et des semeurs de paix … appelés non seulement à prévenir, gérer et mettre fin aux conflits, mais aussi à contribuer à la construction d’un ordre fondé sur la vérité, sur la justice, sur l’amour et sur la liberté ».
Le Saint-Père semble ne jamais se lasser d’appeler le monde à construire des ponts, plutôt que des murs – pour promouvoir une culture du dialogue plutôt qu’une culture de la méfiance, de la colère et de la haine. Le pape a déclaré que « l’humanité peut surmonter les limites de l’inimitié et de l’indifférence, construire des ponts de compréhension et de dialogue, faire du monde entier une famille de personnes réconciliées entre elles, dans la solidarité fraternelle. […] Là où il y a un mur, il y a un cœur fermé. Nous avons besoin de ponts, pas de murs ! »
L’OSCE, en particulier dans ses efforts en faveur des minorités nationales, de la sécurité et de la coopération, doit s’efforcer de rendre réelle et présente cette culture de la rencontre capable de faire tomber tous les murs qui divisent encore le monde. Le Saint-Siège voudrait une fois de plus souligner que notre mission commune devrait non seulement inclure, mais engager activement, les minorités nationales, car leur présence transfrontalière crée en elle-même un pont entre les États participants, entre les communautés et entre les peuples, les langues, les religions et les cultures.
Merci, Monsieur le Modérateur.
Traduction de Constance Roques

Share this Entry

Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel