Collecte pour la Terre Sainte : un soutien indispensable

Print Friendly, PDF & Email

«Une collecte à vocation universelle», par le P. Neuhaus

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Ce Vendredi Saint, 3 avril 2015, les paroisses du monde entier organisent la « Collecte pour la Terre Sainte » : un soutien de l’Église universelle sans lequel les chrétiens de Terre Sainte « auraient tant de difficultés à poursuivre leur mission », affirme le P. David Neuhaus, s.j., vicaire du patriarcat latin de Jérusalem pour la communauté catholique hébréophone, au micro de Radio Vatican.

Une collecte à vocation universelle

« Vendredi Saint, nous méditons sur le Seigneur en Croix… Les chrétiens de Terre Sainte vivent cette croix de façon particulière… la souffrance fait partie de notre vocation », constate-t-il.

Il précise que « cette collecte n’est pas seulement destinée au chrétiens mais à l’Église, qui sert tout le monde… les malades qui bénéficient de nos hôpitaux et les enfants qui fréquentent nos écoles ne sont pas tous chrétiens, ils sont aussi musulmans et juifs… Cette collecte a une vocation universelle ».

Sans cette collecte, les chrétiens de Terre Sainte « auraient tant de difficultés à poursuivre leur mission », insiste-t-il.

La construction du mur de Crémisan annulée

Le P. Neuhaus évoque aussi le verdict de la Cour Suprême Israélienne sur le Mur de Sécurité de Crémisan : après neuf ans de bataille juridique, l’armée israélienne devra renoncer à un tel projet, que la Cour a jugé « nuisible à la population locale et aux monastères de la vallée », annonce le patriarcat latin de Jérusalem.

Le mur de séparation menaçait la zone fertile de Crémisan, où se trouvent des vignobles – produisant le vin de messe de Terre sainte – et des oliveraies appartenant à 58 familles chrétiennes de Beit Jala, ainsi que deux couvents et une école tenue par des salésiens. Les maires de Bethléem, Beit Jala et Beit Sahour avaient rencontré le pape François et le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin, à ce sujet, le 11 février 2015.

« Nous avons reçu cette belle nouvelle Jeudi Saint », se réjouit le P. Neuhaus : « nous espérons que c’est désormais la fin de cette bataille et que ces terrains ne seront pas confisqués ».

« Nous ne sommes pas seulement contre ce mur, mais aussi contre tous les murs qui séparent les peuples », souligne le vicaire : « la lutte continue, car dans ce pays il existe tant de murs contre lesquels il faut lutter ».

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel